Agnes Obel

Dorian Leto

Court portrait de celle qui devrait figurer parmi les plus grands noms de la musique actuelle.

   Son visage, comme son nom, semble avoir l'aspect de sa musique : une douceur cotonneuse. Chanteuse, pianiste et compositrice danoise de 37 ans, elle est à l'heure actuelle l'auteure de trois albums, Philharmonics en 2010, Aventine en 2013 et Citizen of Glass en 2016. Bien qu'elle reste assez difficile à catégoriser, on peut sans conteste lui reconnaître des liens avec la folk, en plus doux, plus léger, plus mélancolique.

   Ses compositions sont minimalistes : piano et voix auxquels s'ajoutent parfois un alto, un violoncelle ou un chœur. Ce qui charme, ce sont principalement les jeux sur l'intensité de la voix, justement, mais aussi les questions/réponses entre instruments, les dissonances calculées, la douceur langoureuse, la simplicité cotonneuse. Comme une frêle nostalgie à laquelle on aime revenir, délicate et tiède, un nuage posé seul dans un bout de ciel.

   Si des titres comme Riverside ont connu une certaine renommée, le reste des compositions a été trop délaissé et mérite réparation. Plutôt que de procéder à une longue énumération, on se contentera d'une exhortation générale : vraiment, essayez, vous ne regretterez pas. L'avantage de ces morceaux est que, quels que soient les goûts, ils sont un aparté toujours délicieux. Mention spéciale à l'harmonie des deux voix sur Riverside, et aux réponses des alto et violoncelle sur The Curse. Sans oublier la préférence intime de la rédactrice : Dorian. A fondre.


Report this text