Albert

themariarosariaworld

Naïveté…

Albert aurait bien aimé devenir médecin. Cardiologue ou gastro-entérologue. Un savant renommé. Un être indispensable. Seulement Albert ne transporte que des infirmes d'hospices en hospices. Parfois jusqu’à leur domicile. Gestes mécaniques sans prestige. Les ambulanciers meurent d’ennui dans les embouteillages. Ils conversent affablement près des civières cabossées. D’ordinaire, Albert termine son service le vendredi à midi. Tout dépend des faveurs allouées aux confrères profiteurs. Les esprits charitables se nourrissent mal. Ailleurs, les pingres engraissent.

- Tu peux me ramener des clopes Albert ? Un coca ? T’aurais pas du fric sur toi ? Tu peux me récupérer mon colis à la poste ? T’es vraiment un chic type Albert…

L’homme n’ose pas éconduire les multiples cajoleurs qui se détournent des bénédictions. Mieux vaut mourir asphyxié que gratifier un saint.

Albert vit seul dans son appartement sans fioritures. Lorsqu’il rentre chez lui, il retrouve le chat Gulliver. Ses meubles désuets. Les réseaux de rencontres sur son ordinateur.

Albert se dit séduisant ainsi qu’illustre gymnaste ainsi que chirurgien ainsi qu’héritier d’une prairie.

Lorsqu'une fille lui propose une rencontre, il débranche aussitôt. Pas de nique attendue. Albert se masturbe dans le noir, assis sur le rebord de son lit. Jouit muettement puis sanglote de remords.

Lundi, Albert apportera une part de cake aux olives aux collègues de l’hospice. De la tarte à l’ananas. Un gâteau au yaourt.

Report this text