Ana

franekbalboa

14h17

Un réveil difficile pour Ana. Une nuit délicate et une chaleur à tomber ont eu raison de sa matinée. Comme chaque fois au réveil, elle allume son téléphone. Quelques messages, et un appel en absence de son ex. Elle décide de bloquer son numéro et de supprimer ses messages. L'histoire est finie pense-t-elle. Elle se relève dans le lit et baisse la couverture.
Un léger souffle d'air vient chatouiller ses jambes dénudées, alors qu'elle enfile un tanga. Elle reste quelques instants assise, puis finit par ouvrir le tiroir de sa table de chevet. Elle en sort un paquet de cigarettes et un briquet. Elle se lève et va à la fenêtre, puis elle en allume une. La persienne entrouverte laisse danser la lumière sur sa poitrine. Elle s'adosse, et tire une longue bouffée sur la tige fumante, puis elle appuie sur l'interrupteur pour que le volet s'ouvre suffisamment pour laisser sortir la fumée.
Elle joue machinalement avec la cicatrice en bas de son ventre, ses longs cheveux blonds agités par la brise chaude qui s'engouffre par l'interstice et remonte dans son dos. Elle frissonne à cause de la caresse du souffle sur sa colonne, ses seins durcissent légèrement, et des pensées la submergent. Elle se souvient de ce garçon un peu penaud à cette soirée d'il y a deux semaines. Il avait été si doux et poli, elle se rappelait son regard d'un gris perçant et ses lunettes rouges. Elle s'en voulut alors de n'avoir pas craqué à ce moment là et de ne pas l'avoir embrassé.
Elle s'imagina un scénario où il la portait jusqu'à son lit et la dénudait lentement. Puis elle se rendit compte qu'elle était sous le coup d'une pulsion d'envie, son corps chauffant rapidement, mais plus encore, son entrejambe la démangeait. Elle posa la cigarette encore fumante, et en laissant filer la fumée, elle ouvrir sa commode d'où elle sortit un sextoy. Elle se dirigea vers le lit en faisant glisser son tanga le long de ses jambes pour s'allonger une nouvelle fois. Elle pensa à ce garçon en commençant par se caresser délicatement les seins, son jouet posé à côté d'elle, elle dirigea petit à petit ses mains vers son entrejambe. Après quelques caresses, elle sentit la cyprine humecter ses doigts, puis se saisit du sexe artificiel qui dormait à côté d'elle.
Elle repensa à ce jeune homme, qui était tout à fait de son goût, s'imaginant qu'il la prenait délicatement. Sa vision fut des plus délicieuses, l'homme mordillait le cou en remontant vers l'oreille alors qu'une de ses mains caressait le sein d'Ana. Suivant le serpent tatoué sur son abdomen, il déposa son sexe à l'entrée de sa grotte pleine d'envie. Toujours dans sa vision, il la pénétrait. En réalité elle l'imaginait si bien que le sextoy semblait aller et venir seul. Elle pouvait même sentir sa bouche venir goûter son cou, ses seins et ses lèvres, alors que son membre turgescent allait et venait dans son con, lui procurant la plus indescriptible chaleur qu'elle eût pu sentir.
Elle gémit de plus en plus intensément alors que la température montait en elle, jusqu'à ce que le feu explose et que son entrejambe inonde ses draps et ses doigts, et la sorte de sa vision d'envie et de luxure...
Essoufflée, elle regarda autour d'elle et se sentit un moment très seule, regrettant l'absence du garçon aux yeux gris...
Elle finit après de longues minutes par se lever, et laver ses mains. Elle envoya un message au jeune homme, afin de prendre des nouvelles, s'attendant à une absence de réponse comme ce fut le cas pour son premier message, et fila sous la douche, sous laquelle une nouvelle bouffée la prit.
Après avoir fini de se laver, elle se sécha et revint, totalement nue dans sa chambre. Sans conviction, elle regarda son téléphone où elle vit qu'il lui avait répondu.
Il était temps pour Ana d'exaucer son envie de connaître plus en détail ce garçon.

Report this text