Années blanches

Aurélien Loste

2017, 2020..

2017 a vu les Français ne plus payer d'impôt sur le revenu, bien que la principale ressource de l'État français soit la TVA.

2020 a vu les Allemands et touristes se rendant chez eux payer une TVA à 16% au lieu de 19, ce que le gouvernement français est évidemment incapable de faire.

Les deux années sont blanches car soit la déclaration d'impôts devient caduque, soit grâce à une épidémie fictive car asymptomatique (sans aucun effet) presque tout est annulé en 2020 :

L'argent liquide interdit, fermetures de la plupart des sites touristiques, le report en 2021 de deux tiers des compétitions sportives, dont les deux principales, l'Euro et les Jeux Olympiques.

Comme les Français, tout au confort de leurs foyers, n'augmentent pas tellement leurs achats (13% des achats se font désormais sur internet, ce qui reste très faible car il est tout à fait possible de tout y acheter, à commencer par y faire ses courses, en drive ou livraison), il n'y a jamais eu autant d'économies dans les ménages, plus de cent milliards d'euros.

L'année se termine en douceur avec le 3 novembre l'élection majeure, entre Trump et Biden, sachant que les grands électeurs américains, qui élisent le président, sont 50-50 démocrates et républicains, c'est donc l'élection la plus incertaine des 244 ans de l'histoire américaine.

Dix jours plus tard, l'entreprise Sony sort sa PlayStation 5, le jeu-vidéo étant le loisir le plus partagé sur Terre, le dixième art remplaçant de plus en plus les trois précédents, septième pour le cinéma, huitième pour la télévision, neuvième pour la BD.

À temps pour les fêtes de Noël, qui confinées seront plus calmes, évitant la traditionnelle gastro-entérite de fin d'année.

2021 par contre sera une année double, pour rattraper le retard, permettant d'utiliser quelques-unes des économies actuelles.

Par exemple, au début de l'été, l'Euro se tiendra pour la première fois dans douze pays différents, sa phase finale chevauchant le début du Tour de France, lui-même se prolongeant jusqu'à la cérémonie d'ouverture des deuxièmes Jeux de Tokyo.

Rebelote pour 2022, avec par exemple la présidentielle française et la coupe du monde de football qatari, dans des stades fermés climatisés, jusqu'au 18 décembre et donc aux fêtes de fin d'année.

Heureusement, 2023 permettra de souffler, avec seulement la coupe du monde de rugby, en France, pays le plus touristique du monde, bien vide en cette année 2020.

France qui sera surtout tournée vers les Jeux Olympiques de Paris 2024, pour la première fois séparés des précédents par seulement trois ans, avec en plus en 2022 les Jeux d'hiver à Pékin, trois jours seulement après le nouvel an chinois.

Car 2024 verra l'année la plus importante de l'histoire humaine, plus que 1969 et le premier homme sur la Lune, avec la NASA qui y enverra la première femme et surtout y construira la première base sur sol extra-terrestre, pour ses voyages vers Mars.

Alors que Space X, qui fournit des vaisseaux à la NASA, enverra des humains sur Mars la même année, sans garantie de retour, bien que le Starship de SpaceX qu'a choisi la NASA soit réutilisable, comme leurs fusées qui ravitaillent la Station Spatiale Internationale, dont le fonctionnement est prévu jusqu'en 2024.

Après, la première base lunaire évoquée plus haut prendra le relais.

Dans le film d'anticipation Ad Astra, on peut voir Brad Pitt se rendant sur la Lune comme on prend l'avion, qui est donc une station touristique comme une autre, juste un peu plus haute et un peu plus chère, limitant heureusement sa fréquentation.

De la Lune, l'armée l'envoie sur Mars, peuplée seulement de chercheurs, vivant sous Mars. Sur notre bonne vieille planète bleue on dit enterrés, mais comment décrire des personnes habitant sous la surface martienne ?

Emmarsées ?

Comme on dit déjà alunir ou amarsir.

Le programme lunaire Apollo a donné internet, celui vers Mars (que ce soit le programme Artemis pour la première base extra-terrestre ou l'envoi de marsionautes par SpaceX, les deux, rappelons-le, n'étant séparés que de quatre ans, soit dans l'avenir à court-terme habituel aux politiques, rarement capables de voir plus loin, avec des exceptions notables comme Kennedy* qui lançait dès 1960 le programme Apollo) apportera donc aux Terriens des avancées technologiques impensables aujourd'hui : les écrans holographiques, la téléportation, la télépathie par téléphone, l'évolution sécurisée dans n'importe quel milieu, sous l'eau, en l'air, en milieu hostile, et même l'immortalité physique, en se transférant dans un double robotique puis holographique.

*La France a beau être le plus gros contributeur de l'agence spatiale européenne, Macron est strictement incapable de citer le moindre objectif spatial, français ou plus généraux, n'ayant que des intérêts littéraires et financiers, comme en avait Mitterrand. 

Il ne sait d'ailleurs pas grand chose et en contrôle encore moins, quand j'ai obtenu de la Commission européenne qu'elle abolisse le changement d'heure en Europe, Macron l'ignorait, je le lui ai donc appris via le site elysee.fr une semaine avant qu'il soit convoqué avec les autres chefs d'État européens pour les informer qu'ils pourraient choisir en 2021 de supprimer ou non le changement d'heure, et si oui, l'heure d'hiver, proche de l'heure légale, du Soleil, ou l'heure d'été, qui a la préférence du grand public aimant veiller dehors.

Notre seul président scientifique, comme l'est Angela Merkel, fêtera en 2024 ses 98 ans, bon pied bon œil : la science conserve ! 


Report this text