arc en ciel

gribouille--2

Il était une fois un petit garçon qui ne comprenait pas pourquoi les adultes n'aimaient pas la pluie.

Les gens pleurnichaient, grinchaient, rouspétaient, tempêtaient contre la pluie dans leur si beau pays de France.

Alors le petit garçon, un jour de pluie, alors qu'un rayon de soleil apparaissait entre deux nuages noirs et menaçants, lourds d'eau fraiche et que le vent les amenait au dessus de sa ville, se mit le dos au soleil et, levant la tête, pris une profonde respiration et se mit à souffler dans le sens du vent en l'air. Il souffla, souffla le plus fort qu'il put sur les nuages qui se mirent à accélérer leur course et former une masse compacte grise et noire, dégageant derrière eux un vaste espace de ciel bleu.

Il se forma alors un grand arc en ciel, puisque la pluie continuait de tomber sous les grands nuages, un si bel arc en ciel qu'il allait d'un bord à l'autre de l'horizon, éclatant de couleurs sur ce fond gris foncé, le soleil darda si fort ses rayons qu'un second arc en ciel apparu au dessus du premier, plus pâle mais bien là.

Les arbres, encore ruisselant d'eau souveraine ce jour là, n'en croyaient pas leurs feuilles, les limaces n'en croyaient pas leur peau, les grenouilles n'en revenaient pas dans leurs mares, les canards n'en pouvaient plus de faire coin coin, et les fleurs des champs de frétiller à la vue de ces beaux rayons colorés qui étaient apparus au dessus de leurs têtes.

Puis le petit garçon pris une grande échelle dans une grange, posa celle ci sur le premier arc en ciel et grimpa sur la première couleur violette et glissa comme sur un toboggan jusqu'en bas et atterrit dans un grand pré de violettes, oh c'est superbe ici dit il .

Il revint à son point de départ au pied de son échelle et grimpa sur la deuxième couleur, le bleu, et là encore se mit à se laisser glisser le long de la pente pour atterrir dans un grand pré de bleuets, wahou, c'est pas mal non plus par ici.

Se dépêchant de remonter sur son échelle, il alla sur le vert, et glissa sur des forets de chênes, c'est magique ici, on se croirait au pays de Merlin l'Enchanteur, il ne manque que Viviane la fée.

Il recouru pour grimper sur l'azur du jaune, et cette fois ci atterrit dans un grand champ de colza en fleurs, tiens c'est bien joli et ça sent fort, c'est enivrant même.

Retournant à son échelle il se hissa sur l'orange, et déboula sur un grand champ de carottes, juste à coté d'un grand verger d'oranges, tiens je vais en manger, c'est excellent pour la santé.

La couleur rouge le transporta dans une grand champ de fraises juste à coté d'un verger de cerises mures à point, sucrées et juteuses. Quel régal pour un petit d'homme comme moi.

Puis tout heureux de sa ballade, il alla raconter son histoire aux gens de sa ville, qui retournèrent bien penauds dans leurs maisons en y réfléchissant mieux quant aux vertus de la pluie, se promettant qu'au prochain arc en ciel, ils regarderaient à deux fois si le petit garçon allait encore grimper sur sa grande échelle.

Report this text