Au son du gong, court !

chris-mo

Goncourt: Résumé d’un copieur-colleur non averti
Ou : Essai barbare tout court
Ou : Remarques à deux balles
Ou : Liste des prix
Titres provisoires en pleine réflexion qui seront soumis à un comité unipersonnel, « mono-restreint ».

Au son du gong, court l'éloge...

Vassilis Alexakis, L’enfant grec (Stock) : Un enfant greco-français. Avantage, l’actualité de cette année, un geste du cœur siouplaît. 14 romans, 4 nouvelle, Grand prix du roman de l'Académie Française 2007 et le reste. Un vrai candidat à l’œuvre romanesque empreinte d'une tendre ironie et fait pénétrer le lecteur au cœur de l'histoire intime et universelle (wiki sources et pour tout le reste d’ailleurs, je ne l’écris qu’une fois, vu l’augmentation des prix j’économise les mots)

Gwenaëlle Aubry, Partages (Mercure de France) : philosophe et romancière, gabarit sérieux. Traductrice de Plotin, 5 romans, 5 essais entres autres. Un prix fémina 2009. Etrange « g’on court pour atteindre la voie de la sagesse »

THIERRY BEINSTINGEL, Ils désertent (Fayard), 9 romans, deux thèmes de prédilections : le monde rural et l’univers du travail, à la sueur du front il aurait son premier prix. Un beau parcourt, il déserta la poste pour atteindre son autonomie littéraire, mais quel timbre se cache sous sa plume ? L'OUTSIDER SANS PRIX, NON PAS GRATUIT, SANS TIMBRE. ALORS UN GESTE INTELLIGENT S'IMPOSE... 

Serge Bramly, Orchidée fixe (JC Lattes), un globe trotter scénariste, critique d’art français, spécialiste de photographie affiche pas moins de 17 romans et 3 essais…touche à tout il fallait toucher le trophé de l’art convoité. Il ne sera pas sans rien si la chance ne lui sourit pas, le prix interallié 2008 est déjà en poche… 

Patrick Deville, Peste et choléra (Seuil), Encore un globe trotteur, il créé en 1996 le Prix de la jeune littérature latino-américaine, 11 romans et le prix du roman fnac 2012, Très bon candidats aussi mais faut partager un peu les prix non ?

Joël Dicker, La vérité sur l’affaire Harry Québert (Fallois) jeunot de la bande, 3 romans, Prix des écrivains genevois 2010, ça commence fort. Prématuré pour un Goncourt, tout de même. Attendons qu’il mange encore des kilomètres ou qu’il batte des pavés dans le milieu…. 

Mathias Enard, Rue des voleurs (Actes Sud) 7 romans, traductions et adaptations au cinéma, 2003, prix des Cinq Continents de la francophonie ; 2008, prix Décembre, prix du Livre Inter ; prix Goncourt des lycéens 2010, il en a déjà eu un en plus, woah la gourmandise. Ca suffit maintenant, petite pause.

Jérôme Ferrari, le sermon sur la chute de Rome (Actes Sud), 6 romans, traductions, prof de philo, encore un « prixeur », Prix Landerneau 2009, Grand Prix Poncetton SGDL – 2010, Prix Roman France Télévisions 2010, 

Gaspard–Marie Janvier, Quel trésor ! (Fayard) 6 bouquins, écrit sous couvert d'un pseudonyme des romans dépoussiérant le sujet de la religion. Et bien s’il avait signé ces livres « anonyme » c’était le jackpot… Un prix aussi pour le robin de l’église, Prix Mottart de l’Académie française 2009

Linda Lê, Lame de fond (Bourgois) une « surprixe », une ponte de poids. 21 romans, prix de la vocation 1990 (vocation confirmée) ; prix Renaissance de la nouvelle (1993) ; prix Fénéon 1997 ; prix Wepler 2010 ; Prix Renaudot poche 2011.Une solitaire au grand prix

Tierno Monenembo, le terroriste noir (Seuil), docteur en biochimie,10 romans, Prix Renaudot 2008. Ces œuvres traitent souvent de l'impuissance des intellectuels en Afrique, et des difficultés de vie des Africains en exil enFrance. Vu les sujets, se lance plutôt sur la voie du prix Nobel, patiente donc…

Joy Sorman, comme une bête (Gallimard) : 9 romans, féministe, ex-prof pour plus de lucres, la fille de MR (abrégé pour Monsieur ou libérale) histoire de garder les titres dans la maison…, une candidate lancée dans l'aventure telle une présidentielle Américaine. Faut laisser murir encore un peu, non ? Vue politique très paternelle : http://ripostelaique.com/Joy-Sorman-est-bien-la-fille-de.html

J'aime la rentrée littéraire, je ne la boude pas. C'est ma bourse qui fait la gueule.
Un choix s'imposait par voie de conséquence.
Et bien à force de dire des « Sean » (petit jeu, indice : un acteur) sur la liste des prix qui courent au grand prix. J'ai eu envie de m'acheter juste un seul d'entre eux, celui sans prix. (Voir la liste des concurrents disponible sur tout bon site d'information littéraire.) Vu le prix, je me suis encouru vers un autre pris au hasard. Enfin presque, il était à moindre prix. Un format poche que je n'avais pas lu et pourtant dessus c'était écrit, j'ai lu. Un moment, je me suis dit que j'avais oublié l'avoir lu. Mais non. Je l'ai pris. Finalement après un long moment à réfléchir sur les potentiels des livres que je pourrais me procurer, je peux dire que j'ai choisi. judicieusement...

Report this text