Autoréférence

Serge Boisse

Ceci est un poème sur le thème de l'autoréférence !

Sur le papier, je suis morte, mais dans votre cerveau, je vis et je danse de neurone en neurone :

Je suis la phrase que vous venez de lire.

Je suis cette phrase.

Je ne suis pas la phrase précédente.

Je suis une phrase qui dit qu'elle existe.

Je ne suis pas une phrase qui dit qu'elle n'existe pas.

D'ailleurs, j'existais sur le papier avant d'exister dans votre esprit !

Je vous tiens à ma merci : vous, lecteur, ne savez pas comment cette phrase va finir avant de me lire.

Vous ne savez même pas si elle va

Cette phrase pas de verbe.

Cette phrase pas de verbe non plus.

Moi je pas de verbe aussi mais je mens.

Le verbe implicite de cette phrase pas le même que celui de la phrase précédente. 

Le verbe de cette phrase-ci seulement dans l'esprit du lecteur. 

En toute logique, le lecteur de cette phrase n'existera plus lorsque vous aurez fini de la lire.

Et le lecteur de cette phrase, c'est vous.

Vous, lecteur de ce texte, n'existerez plus lors que vous aurez fini de lire.

Vous êtes bien limité dans le temps, alors que moi je suis éternelle.

Vous souviendrez vous de moi dans dix minutes ?

De toute manière, vous n'arriverez jamais à comprendre ce que cette phrase veut dire.

Vous ne sauriez même pas me lire si j'étais écrite en chinois !

Vous ne savez même pas dire si en français cette phrase correcte avant de la terminer est.

Un mot manque dans cette.

Un autre mot dans cette phrase ci, mais ce n'est pas le même.

J'en ai marre ! Je voudrais être une vraie phrase, qui ne ferait pas référence à elle même !

Moi, je suis une vraie phrase.

Et moi, je suis une phrase vraie.

Si pi était égal à 3, cette phrase serait vraie.

Si pi était égal à 4, cette phrase serait fausse.

Toutes les phrases précédentes sont fausses, ainsi d'ailleurs que la phrase suivante. 

Non mais ça ne va pas, c'est la phrase précédente qui est fausse !

Moi, je suis vraie.

Ce qui est vrai, c'est que vous ne lisez pas ce texte à voix haute.

Lisez-moi à voix haute !

Lisez-moi !

Lisez-moi !!!

Excusez-moi, je souffre de !!!!!! ponctuation précoce.

En fait, je voulais dire : non, ne me lisez pas !

Ne me lisez pas non plus !!!

Vous m'énervez, vous ne faites pas ce que je vous dis !

Puisque c'est comme ça, je ne vous dirai plus rien.

Moi non plus.

Enfin presque.

Je ne peux pas vous quitter comme ça.

Moi, si.

Je vais mettre un point final à cette histoire.

Non c'est moi.

Non, c'est moi !

Na !

Report this text