Bug

Line Queen

Delires abondants en substances,
Dans mon corps épuisé et confus,
Fascination pour un etat de déchéance,
Une manière particulière d'être rompu,
Blâme moi, virginité fade de principe,
Puisque ce soir j'ai de la communication,
A chacun ses vices, sa fête du slip,
Depuis 3 ans deja je fais honte à nation.
Psychotropes de mon esprit embrouillé,
Mangent mes vers qui déboulent affaiblis,
Un joli carnet pour ne pas les oublier,
Ceux qui jadis,m'enflammé, mes amis.

Masque blème au quotidien presque ordinaire,
Une maison, un travail et des tas d'ennuis,
Mais dans le privé mes loisirs sont austères,
Ainsi va ma rengaine au pays des So Free.
Pas de complainte en mon astre fragile,
Juste quelques matins un peu trop personnels,
Un jardin transgénique tenant à un fil,
Cloturé de malsains et de putains Chanel.
Une jolie prison froide et contaminée,
A l'intérieur le sang de compagnons inertes,
Puisque l'on nous a pris nos illusions passées,
Ne reste que le sourire de ce joint qui nous pet.

Dans la tribune morale les cerveaux étatisés,
Ne retiennent que l'obscur de nos jeux interdits,
Pas besoin de raisons pour ainsi se défoncer,
Suffit d'être déluré et certe un peu trop en vie,
Une brise souffle sur mon ciel un peu sombre,
Je vois se tendre la main d'un deserteur mobile,
Il me demande un bang avant que ne succombe,
Son désespoir blasé aspiré par une armée d'argile,
Les larmes de nos joues se sont incrustées,
Sous les mirroirs de nos opales brunis,
Une allure androgyne et certes un peu cernée,
Sans pour autant se taxer d'esclaves maudits.

Pascal était un grand, un primptemps paradisé,
Il a quitté son van dans un état lunaire,
Jamais je n'avais vu pareils stigmates morts nés,
Sur son visage illuminé qui a quitté terre,
Restons las, avertis encore très surdosé,
Puisque le temps perdu ne nous fait offense,
Sur la colline au bois les silhouettes alliénées,
Se penche l'aiguille au bras comme unique défense,
Un parcours chaotique, initiatique et destructeur,
Qui n'atteint plénitude seulement à la pleine lune,
Sur un parchemin de chanvre au clair de la brune,
Je ferme les yeux , j'idéalise, le bug au coeur .

Report this text