Chanson pour des Quinquas

luinel

Sur l’air du P’tit Coin de parapluie de G. Brassens

 

A Ariane, Brigitte, Dominique et Odile

1

Elles avançaient sur la grand route

Je crus d’abord à un mirage

Quel âge avaient les quat’ loulouttes,

C’est délicat d’faire un chiffrage.

Pariant alors sans qu’on m’y pousse

Je dis « quarante, tous frais compris ! »

En réprimant une secousse

D’un air très doux elles m’ont dit « oui ! »

            Un p’tit peu d’menterie

            Pour quatre belles souris

            Je ne suis pourtant pas un ange.

            Mais quand elles me sourient

            C’est un peu  l’paradis,

Il faut bien qu’on s’arrange

Pardi !

2

On aurait cru à ce qu’il semble

Voir quatre sœurs ou quatre amies

Sorties en filles, sorties ensemble,

Sans leurs soucis, sans leurs maris.

J’aurais aimé comme à l’âge tendre

Perdre conscience du temps qui fuit,

Et les garder, ou bien les prendre,

40 jours… ou même pis !

            Un p’tit peu d’menterie

            Pour quatre belles souris

            Je ne suis pourtant pas un ange.

            Mais quand elles me sourient

            C’est un peu l’ paradis,

Il faut bien qu’on s’arrange

Pardi 

3

Mais v’là t’y pas qu’même à nos âges

La route est longue, elle se poursuit,

Les mots ne sont pas un barrage

Au chemin’ment vers l’infini.

Demain y aura des heures sonnantes

Dix ans c’est le temps d’un merci,

Un jour ce s’ra même les nonantes

Puis encore plus jusqu’à l’oubli.

Un p’tit peu d’agacerie

Pour quatre vieilles souris

Je n’serai toujours pas un ange.

Quand j’s’rai moi-même rassis

Elles s’ront des pommes moisies,

J’chant’rai plus leurs louanges

Pardi !

Report this text