Chronique d'une râleuse muette

Cléa Mosaïque

Odeurs et autres flasques.

Comment trouver les mots justes pour vous en parler ?

De ces mains qui vous traversent pour attraper la barre huileuse que d'autres évitent tant qu'ils peuvent. De ce groupe de retraités sur le béton, tout sourire et légèreté dehors, à coté de qui marchent d'un pas pressé les costumes bleu marine chemise classique ou fantaisie, vers des journées qui se ressemblent. Ces regards plongés dans des pages, dressés droit dans leurs pensées pour ne pas se propulser trop loin au prochain virage. Quels mots seraient juste pour vous parler de ces odeurs qui passent, qui empoignent et qui disparaissent aussi vite ? 

Une odeur de citron une fois, un dentifrice gout fraise, la sueur d'une mère africaine débordée, le parfum acheté aux galeries Lafayette qui laisse sa trainer de poudre, l'odeur naturelle qui se sent à peine, le papier colle des publicités sur les quais, et puis l'intouchable odeur de cet inconnu que tu as encore laissé filer par manque d'audace ou par fantasme intouchable. Que pourrait être l'odeur de l'agacement ?

Et celle des excuses oubliées après avoir bousculé un énième anonyme ?

Signaler ce texte