Confettis, numéro je ne sais plus lequel.

Christophe Hulé

Joindre l'utile à l'agréable, mon copain un peu con con mais grand bricoleur, et sa bimbo de copine.

Je l'occupe à quelques menus travaux pour qu'il se sente à l'aise et je fais visiter ma chambre à sa dulcinée.

Ça fait 10 ans qu'ça dure, parfois je culpabilise un peu quand même. J'aurais pu lui offrir quelqes fleurs au moins. A la copine j'entends.


« C'est la grève des clowns » (Hubert Félix) mais les croque-morts ou les fâcheux jamais ne chôment, ils ne savent même pas ce que sont les congés payés.


Les meilleures veuves sur le marché n'ont pas de descendance.


Avis à la population jeune et sportive, la Reine s'ennuie et le Roi y consent.


- Mon bon, vous confondez la bourse et le loto !

- Non point Monseigneur, nous autres ne connaissons que la deuxième option.


- Allez Messieurs, un petit effort, faites monter les enchères, regardez-moi ces dents.

- Et le marchand, tu nous fais voir le reste, on déliera peut-être la bourse.

- Vous êtes bien difficile, un produit délocalisé certes, mais qui vaut son pesant d'or.

- Tu as la langue bien pendue manant, déballe ta marchandise ou il t'en cuira.

- Oh là, que fait cette gente dame sur cette estrade pouilleuse ?

- Monseigneur, c'est commerce !

- Veux-tu goûter de mon épée ? Amène-là au Château sans plus attendre, tu gagneras peut-être ta pitance avec mes gens de cuisine.

- Monseigneur …

- Oui misérable ?

- Y aura-t'il du gibier ?

- Tu as de la chance, je suis dans un bon jour, allez, que la livraison se fasse si tu ne veux pas être embroché.

- Si fait Chevalier, j'accours !


Les enfants de chœur ont fait tomber les burettes, le curé a bien tenté de les ramasser, ce qui n'est pas raisonnable disons-le, ayant goûté le vin de messe, comme à son habitude, avant l'office.

Il faut dire que Monsieur le curé est un perfectionniste et ne saurait se satisfaire d'une seule vérification. Parfois son zèle est proche du divin, et ce dimanche, il n'a pas failli à son devoir.

Les enfants de chœur et le bedeau ont réglé les affaires courantes avec panache, avec l'indulgence bon enfant des paroissiens qui en ont vu d'autres.


- Mamy, c'est pas tes vraies dents.

- Ben non p'tit merdeux, attends d'avoir mon âge, tu comprendras alors les choses de la vie.


- Qui s'en soucie en fait ?

- Moi.

- C'est bien c'que j'disais.


- Vous avez des calculs.

- Peutain Docteur, j'ai toujours été nul en maths !

Report this text