Confinements intimes #12

Cyrille Royer

13 novembre.

Fin de la deuxième semaine de télétravail, rien pour rompre la monotonie de la journée, ou si peu...

Oui, il y a quand même eu cette réunion à distance avec un nouveau partenaire. Ils sont deux à participer à la réunion, et ils ont activé la caméra. Deux hommes. C'est clair que c'est plutôt sympa de mettre la caméra pour une première fois, pour voir à qui on cause. Ceux de ma boîte ne l'ont pas allumée, donc courageusement, je laisse la mienne éteinte, esprit d'entreprise avant tout.

Je regarde les deux types, puisque c'est la seule distraction proposée. Le premier attend le début de la réunion pour allumer sa clope. La caméra part en vrille, on voit le plafond, le menton du type, puis son crâne. J'attends la fin de la réunion pour en déduire qu'il est sur son téléphone et qu'il ne sait pas que sa caméra est en route.

Ce gars me donne le tournis. Je regarde le second. Lui, il sait qu'il est filmé. Il pose. Hiératique (j'aime bien ce mot), face caméra, son propos est clair. Il est dans sa cuisine, de style rustique. Derrière lui, les casseroles sèchent sur l'égouttoir.

Il y a parfois, comme ça, même au travail, des moments de poésie qui font passer le temps un peu plus vite.

Report this text