Confinements intimes #70

Cyrille Royer

10 janvier.

Ce matin, je n'ai pas été courir. Sol glissant (on trouve les excuses qu'on peut).

J'aime bien le dimanche, c'est le jour où on peut faire l'éloge de la lenteur, où le temps dure longtemps, comme dans la chanson.

À défaut de courir, je vais promener mon chien. Le chien décide de la promenade qu'il veut faire, c'est un peu comme dans ma vie, je me laisse porter par les événements.

Par le plus grand des hasards, le chien m'emmène sur le chemin que je prenais d'habitude pour aller au travail. La sensation est curieuse. Il fait beau, je redécouvre avec plaisir tous les détails du chemin que j'empruntais tous les jours sans m'en rendre compte.

Oui, le trajet pour me rendre à mon travail me rappelle de bons souvenirs. Je ne pensais jamais dire ça un jour.

Surtout un dimanche.

Report this text