Corrida

guegueette

La lumière s'éteint sur le Taureau qui agite et plante ses cornes. L'ombre envahie le tout. 

C'est de ma faute, l'espoir était trop grand et ambitieux. C'est de ma faute, j'ouvre mon cœur de trop. 

L'ombre reprend sa place habituelle, la lumière elle n'était que trop brillante pour être réconfortante. 

Les choses mènent à la cage et le sombrero attend la fin. Blessures et il retourne en coulisses.

Pourquoi se dévoiler au Taureau? Il observe et prépare toujours l'attaque. 
La blessure, et c'est trop tard. 

Quitter le lieu, déposer son âme, son arme, couler des larmes, couler le sang, ne plus agiter son regard, ne plus rien dire.


Sou(f)rir. 

Report this text