Coup de foutre à Nothing Âme

eymeric

"Être un choix par défaut c'est déjà être un choix ..."

        Si je dois faire un ouvrage sur toutes les femmes que j'ai connu dans ma vie, je me dois de parler de toi. Toi, celle qui aux yeux des autres parait la plus insignifiante de toute. Mais qui en réalité m'a tant apporté. Toi celle des relations éphémères et qui est fait mère par peu d'hommes. Toi celle qui navigue à bâbord et tribord, qui tient le mas de beaucoup. Toi celle avec qui à aucun moment je ne pense à hisser les voiles, qui sur mes mystères n'arrive pas à lever le voile. Le voilà ton texte que jamais personne ne t'écrira. Je vais te dire personne ne t'écrira autre chose que ce genre de texte, personne ne t'écrira un texte. Elle est là ton unique chance, alors profites en. Je ne pourrai pas t'épargner à travers celui-ci alors je vais avant tout commencer par te remercier. Je te remercie parce que si tu ne les écartais pas aussi facilement, je ne suis pas sûr que je l'ouvrirais si aisément. Et c'est mentir que de dire que je ne t'aime pas. Parce que j'aime tout chez-toi, ton côté un peu saute (qui m'aide à te sauter toi-même, je dois dire), ton côté un peu gauche qui n'abrite rien de droit, ton côté drama-queen qui me facilite la tâche pour t'éloigner de ton king. Il y a tout ça qui me fascine, autant que j'aime te façonner à mon image. Parce que tu es bonne, putain qu'est que tu es bonne, tu es d'une gentillesse extrême, tu ne me refuses rien. Du moins à moi, face au néant que je t'offre, toi, tu m'offres tout sur un plateau d'argent, avec de l'argent. Or tu nies être soumise, n'être que la médaille de bronze. Alors que tu prends soin de bronzer pour briller devant des garçons comme moi. Tu vois, il existe le coup de foudre, et bien pour toi, je pense avoir ressentit tout le contraire. Je pense réellement avoir eu le coup de foutre. A une lettre prêt et une chose prêt, c'est la même chose. Il ne s'agit plus d'un coup de cœur, mais d'un coup de cul, il ne s'agit plus de construire, mais de te démonter, il ne s'agit pas de tes yeux revolvers, mais juste qu'on … Bang Bang. Enfin, tu m'as comprise… C'est réellement ce que j'éprouve pour toi, un coup de foutre. Comprends-moi, tu es plus attachiante qu'attachante, je rêve plus de t'attacher que de m'attacher à toi… Bon ok, j'arrête avec ce genre de truc. Le fait est que je ne peux pas te donner du respect. Pourquoi ? Parce que tu me répétais sans cesse « Je te demande de me respecter », mais le respect ne se demande pas, il ne se quémande pas, il s'impose. Et à aucun moment, n'y d'une quelconque manière, tu t'es imposée à moi. Je t'ai juste choisi là parmi tant d'autres. Quand bien même arrivera le jour où je te choisis et que tu me mettras un vent… Peu importe, le propre de celui-ci c'est qu'il tourne. Puis c'est à ce moment-là que tu feras ta girouette, que tu perdras le nord, rêvant du sud à mes côtés, tu seras alors complètement à l'ouest et c'est alors que je te coucherai (aussi vrai que le soleil se lève à l'est). 

     Parce que si j'ai encore besoin de le préciser, je n'ai rien à t'offrir si ce n'est ce texte. Comment te dire… Je suis de ceux qui préfèrent la crémière et son argent à son beurre. Je n'en ai que faire de ce que tu mijotes, ce que tu prépares, ce que tu fais de ta vie. Et je ne veux absolument pas savoir ce que tu comptes faire de la mienne, parce que tu n'y joueras aucun rôle que ce soit au premier ou second plan (sauf bien sûr s'il s'agit d'un plan à trois… ). Tu ne m'intéresses pas pour plus, car si la vie est un film, je n'envisage aucun plan-séquence avec toi. Parce que je n'aime pas ton personnage et puis surtout quand on cherche à être un personnage, c'est qu'on n'aime pas la personne qu'on est. Si tu ne t'aimes pas, comment veux-tu que je t'aime ? Respecte-toi et on te respectera, aime-toi et on t'aimera, c'est du même acabit. Accabler par ce que tu dégages, je me sens à l'étroit. Je constate avec effroi qu'on est étroitement lié. Pour cause, un jour le fat que j'étais a entendu cette phrase de la part d'une fille : « Tu es la folie et lui la sûreté et personne ne veut être avec la folie, c'est passager, éphémère, on ne mise pas dessus. » tout en rigolant. Tu vois moi non plus on ne me choisit pas, si ce n'est les filles comme toi… Mais ne soit pas triste, il en faut des filles comme toi, des filles insignifiantes. Certes, tu peux abhorrer l'acception de ton existence, mais ainsi va la vie. Tu es celle qui fait dire aux hommes mariés : "J'étais captieux certes même si j'étais marié, mais c'est juste, car elle était capiteuse au milieu de tous ces verres d'alcool. En soit je perpétuais encore le fait de perpétrer l'irréparable." Il en faut pour tout le monde, tu sais même une merde peut être fier de son existence, vaut mieux être une merde que rien du tout. Puis après tout est-ce vraiment ta faute ? Parce que toi, tu es saute, tu ne te doutes pas que je suis là juste pour te sauter, tu n'en as pas les capacités cognitives, tu n'as pas assez de jugeote pour imaginer un tel truc. Je vais te dire, avant je voulais leur faire entendre ce que j'avais à dire aux filles comme toi, je voulais même les changer. Maintenant, je leur dis ce qu'elles veulent entendre ! Tu es un cas perdu, tu n'es ni un plan A, B, C tu n'es qu'un plans cul.. Ô combien tu te surestimes pourtant… Tu te penses sophistiquée, mais tu n'es qu'une sophiste en apparence. Tu n'as rien de logique, tu es irrationnel bonne qu'a irradier mes ondes de mauvaises choses. C'est te radier que je devrais et pourtant… À chaque fois, c'est pareil, je te fais mon numéro pour te charmer, au fond, j'espère toujours tomber sur le tirage gagnant. Est ce une loterie, où est-ce que je te choisis volontairement ? Je ne peux que compter sur moi-même pour le découvrir. Parce que ce n'est pas entre gémissements, songes et fausses vérités que tu vas m'apporter une réponse. Tu ne m'apportes que des interrogations, j'ai beau tenter de mettre un point final à notre fréquentation, tes courbes ne me pousse qu'à m'exclamer et laisser ça en suspension…

    

Report this text