Des fleurs pour Algernon

saurimonde

Vous êtes un peu comme des affreux et joyeux rats morts,
Où l'on jette de la pisse sur vos têtes de mandragores ;
Vous êtes comme tout le monde mais un peu différents,
Et dans vos esprits il ne pousse rien de surprenant.

Sans voir que vous êtes dégoûtants et que vous me dégoûtez,
Vous tordez vos cerveaux gorgés et les faites dégoutter
Pour répandre votre maladie et votre folie 
Dans les esprits les plus fragiles et les plus abolis.

Vous existez aujourd'hui mais on vous oubliera demain,
Car sur vos cerveaux flétris on a posé des mains ;
Les médias sont des Héchatonchires —
Leurs mains vous empêchent de réfléchir.

«Moi j'ai vomi ce que j'ai étudié pour un diplôme,
J'ai maintenant le savoir d'aucun autre Homme !»
Quoi ? Vous avez étudié à la Sorbonne ?
C'est très bien, nous irons mettre des fleurs pour Algernon.

Report this text