Désillusion

Troma Oz


Ta lumière m'a bercé d'espoir avant de me couper les jambes

Tu as fait apparaître le désir avant de le combler

Tu peux faire naître le besoin qui un beau jour deviendra manque

Tu sais faire voler mon esprit avant de me décapiter

Toi, mon phare, ma scie

 

Ce son qui m'effare m'a sifflé dans les oreilles

Tant que j'en suis devenu blafard ma sirène

Tes shoots combattent le cafard massif qui m'enraye

Le masque de ton fard m'a signé les paupières

Depuis que ce chauffard m'a si dur'ment fauché

Et que le gyrophare m'assigne à l'immobile

En vaillant soiffard ma cirrhose s'est réveillée

Je te découvre en fanfare ma si belle idylle

Toi, mon phare, ma scie

 

Tu prétends que le paradis leur est offert

Mais tu pousses au crédit l'heureux simple d'esprit

Ta violence refroidit leur espoir qui se perd

Dans tes perverses comédies, leurres et chienlits

Au fil du temps tu enlaidis leurs corps déçus

Un jour dis leur que ton but est de les saigner

Quand tu prédis leur fin avant qu'ils aient vécus

En cadavres raidis leurs âmes s'en sont allées

Pour toi, mon phare, ma scie

 

Ta lumière m'a bercé d'espoir avant de me couper les jambes

Tu as fait apparaître le désir avant de le combler

Tu peux faire naître le besoin qui un beau jour deviendra manque

Tu sais faire voler mon esprit avant de me décapiter

Toi, mon phare, ma scie

 

Report this text