Dilemme à la con

Thierry Kagan

- « Si j'avais à choisir entre toi et elle ? Je choisirais toi, bien sûr…

 

Attends… oui attends… juste 2 secondes, j'ai… un autre appel… »

 

- « Oui, oui, ça va ? Ce que je vais faire ? Mais… tu sais très bien : si j'ai à choisir entre elle et toi, c'est… c'est toi, bien sûr »

 

Putain, plus de batterie !!!!

 

C'est à ce moment précis que j'ai tout remis en question.

 

Je suis… un homme… fidèle.

A moi-même surtout, mais fidèle.

Quand j'aime… j'aime.

Et je les aime vraiment toutes les deux.

Chacune est absolument irréprochable.

Les deux se valent en un nombre de points hallucinant : le corps, la tête, l'énergie, le goût, la culture, le fric, la barraque…

 

Oui... oui, peut-être qu'elles se valent parce qu'elles sont soeurs jumelles.

Ça facilite. Enfin, c'est un détail !

 

Peut-être, y en a-t-il une qui a un peu plus de talents que l'autre ?

Mais attention, j'ai des valeurs : je ne choisis pas un être à aimer au nombre de ses talents.

Et au pire… au pire… ça se greffe, un talent, ça s'opère !

 

(Tiens, ça me fait penser qu'il faut que j'en cause à la jumelle la plus âgée, en secondes, mais la plus âgée quand même)

 

Bref…

 

Dans tous les cas, je les aime, donc je m'accommode : c'est indigne d'exiger de l'autre qu'il soit irréprochable.

J'suis pas un sauvage.

 

Et puis, c'est pénible, quelqu'un qui n'a pas de défaut.

Y a rien pour s'accrocher, pour grimper, pour grandir, pour se… challenger.

 

Encore une fois, un peu comme un talent, on peut toujours opérer pour rajouter des défauts, n'est-ce pas ?

 

Comment j'en suis arrivé là, à cette sagesse ?

Ecoutez… je viens tout juste de me remettre sur le marché… ça va faire 4 ans le mois prochain.

Je partais de loin : un mariage compliqué, avec une femme par accident, faut le savoir - au sens propre du terme, puisque ma voiture et son vélo n'ont plus fait qu'un - notre union n'était que post-traumatismes quotidiens et nos enfants, des dommages collatéraux, bruyants et coûteux.

 

Et pour la petite histoire, ma femme a eu le très mauvais goût de choper sa ménopause au cours d'une raclette entre copains.

J'ai trouvé ça très déplacé.

Nul même.

J'ai pris ça comme prétexte : j'suis parti, du jour au lendemain.

Ouf !

Délivré, libéré.

 

Et sans me vanter, depuis 4 ans, j'ai pu expérimenter absolument tous les caractères de femmes imaginables.

De l'être pleine d'étoiles dans les yeux d'admiration pour la beauté de la vie – dont moi-même – jusqu'au vide astral, intellectuel, sexuel et ménager.

 

Et un jour de marché,  aux deux sens du terme cette fois, c'est là que j'ai rencontré… les jumelles… aux fruits et légumes.

Dans la queue, devant 1000 bananes, je me voyais déjà : deux femmes pour le prix de deux, deux femmes pour un et un pour toutes !

J'avais enfin trouvé l'âme sœur… jumelle, mais âme sœur tout de même.

 

Et donc, on se retrouve pendant ce coup de fil que je vous ai refait au début, avec le dilemme de devoir faire un choix, parce que leur mère, aigrie d'avoir été larguée, a tout cafté aux filles.

 

Quoi ? L'une et l'autre jumelle, qui ont encore de beaux et nombreux ovules devant elles, un jour aussi, connaîtront ce moment délicatement cataclysmique qu'est la ménopause ?

Mais j'ai grandi depuis. Ce n'est plus un moment que je redoute.

 

Mais… vous avez raison, mettons à nouveau à l'épreuve ma souplesse d'âme et de cœur : rendons les filles au père, séduisons la mère pour prouver une fois de plus que lorsque l'on est amour, ce n'est pas un visage marqué par le temps et les intempéries qui peut freiner l'envie d'être heureux, constatons qu'au bout d'un an, lorsque l'on commencera une conversaton à 15h pile, 1 heure plus tard, l'horloge marquera 15h02, prenons acte de l'ennui mutuelle dans notre couple, crions notre envie de vivre sans retenue et arrivons à ce moment précieux…

 

Excusez-moi… un appel téléphonique… à passer.

 

« Bonjour chérie. C'est moi. Moui… Oui, tu sais bien. Maintenant que je dois choisir entre toi et elle. Tu sais bien que ce sera toi ! Ce n'est plus une question de choix, c'est l'évidence qui me porte, mon amour. À très vite, ma chérie.»

 

C'était la mère de la mère… la grand-mère des jumelles.

 

J'l'adore.

 

Elle sort à peine du… du bloc opératoire.

 

Quels talents elle a, cette femme… dorénavant… rien que pour moi.

Report this text