Dissociée

Nicolas Pellion

29 juillet 2020

L'âme vaporeuse, perdue dans les nuages,

Abandonne son corps à multiples mirages,

Inexistences qui la laissent dissociée,

Tentacules sur sa peau, pâle et asphyxiée,

Bouches et mains avides qui la font partir,

Ne sont rien, tempêtes longues avant de jouir,

 

Regard cannibale surgi de son enfance,

Qui sans mot, dans le noir, l'ont soumise au silence,

Vert glacé dévorant avant de pénétrer

Son corps si placide, délié de la pensée,

Plus aucune conscience ni réalité,

Sensuelle souffrance du corps écartelé,

 

Marie au cou pendue décapitant la tête

De son corps pourfendu, traversé par la bête

Et meurtri aux tréfonds par la lame affûtée,

Qu'elle sait en elle, sans la voir ni toucher,

Attendant le sursaut qui va la libérer

De l'infâme faune, pressé de répéter.

Report this text