Divan

guegueette

Alanguie tu regardes mon corps et en dessines les contours d'un regard. Nue, je n'ai pas de complexes. Je me sens à l'aise en ta présence et les défauts n'existent plus. Le vélin se fait caresser par l'encre, un dessin se prépare en secret. Anubis tiens en son sein une nymphe.

Pensive, j'inspire. Il y a en ton œil une lueur terreuse. Je me questionne alors que tu t'appliques. Le grain du papier est fin, peut-être aussi doux que le tiens. Mon rythme cardiaque est lent. Je tente de capter le tiens à distance. C'est ainsi que se fait une lecture.

C'est un fantasme. Une attraction. Quelque chose de délicat. Tu t'appliques. Mes dents se serrent. Le feu éclaire mon visage, une luminosité interessantes pour sublimer les traits. Je suis impatiente et je me déchire les lèvres. Un baiser brûlant, voici à quoi doit ressembler ton œuvre.

Je suis pleine d'attente.

Report this text