• L'ombre s'exhume des griffes de la nuit

    Rejoindre les étoiles les apollons

    Et toutes ses vagues vierges d'abandons

    Qui dansent sur l'onde des belles de nuit

    J'embrasse dès lors son visage d'airain

    Pour la réanimer au petit matin

    Heureux l'imago s'invite à la lumière

    Lorsque l'amour fou s'accorde sans chimère

    À l'extérieur des murs sous les ponts hors sol

    La peau des titans n'est ni morte ni folle

    La misère se patine avec le temps

    Du plus sensible au milieu du champ en pleure

    L'insensible caresse le sens bâtant

    Plié en quatre le trèfle perd ses fleurs


    Face aux ombres anesthésiées indicibles

    Et toute la crème avorteuse visible

    Meurent seuls trop de mains tendues de cœurs

    Malgré la douce montée des ascenseurs

    Des cartons de l'usure un chien une bâche

    Un chariot d'hyper une sombre gouache

    À quoi bon la vie la pluie ne mouille plus

    Pourquoi l'amour le soleil ne brûle plus

    L'ombre s'exhume des griffes de la nuit

    Rejoindre les étoiles les apollons

    Et toutes ses vagues vierges d'abandons

    Voilà l'intacte création de l’arcane

    Qui danse sur l'onde des belles de nuit

    Pour coulisser libre à leurs cous diaphanes

    · Il y a 4 mois ·
    Blogger libellule

    James Px.

Signaler ce texte