Emptyness

M Minosa

Je suis là. Dans une salle bondée de monde, et pourtant je suis seule. Le monde tourne et je fais du surplace. Je stagne, je regarde le temps passé comme si ma vie était une cassette que l'on passait en vitesse x3. 
Ma tête tourne, je me suis vide, un trou me ronge: le pire qui soit. Il prend le peu de joie, de bonheur que je peux ressentir. Je n'ai plus de force. Je ressens des picotements aux bouts de mes doigts. Ça devient plus fort, tout s'accélère, ma tête me brûle, de l'eau coule sur mes joues. Je hurle mais aucun son ne sort de ma bouche: seulement le vide. Mes yeux se rouvre d'un coup, mes sens alertés par une présence. Le désespoir me tends les bras comme un vielle ami. 

Il me regarde avec intensité, je ne peux décrocher mon regard de cette abysse sans fin. Mon âme se retrouve plonger dedans. Je m'y complais, j'embrasse cette force que je ne peux plus contrôler. Je ne veux plus la contrôler, la repousser. Elle fait partie de moi. Je m'y noie toute entière. Une paix intérieur commence à me gagner: " c'est ça le fait de ne rien ressentir ". 

Plus rien ne me retiens sur cette terre, aucun moment de joie ne me revient, aucune personne ne m'appelle, aucun signe ne m'est montré. Le vide intersidéral est présent et me réchauffe: manteau d'hiver infini.

Report this text