Faire famille

mrnws

Ce cours texte raconte la famille que l'on a choisi et l'amour fort que l'on éprouve pour les personnes qui la compose.

Ils avaient tout préparés. Les boissons, les plats, la table, les chaises, l'apéro. Tout était prêt. Il ne manquait plus que les invités, décidés à être toujours quelques minutes en retard. Plusieurs fois ils vérifièrent que leur préparation était optimale, qu'ils avaient tout ce dont ils auraient besoin au cours de la soirée.

Celle-ci avait été prévue longtemps à l'avance pour avoir le plaisir d'accueillir tout le monde. Longuement ils avaient préparé leurs listes de préparatifs pour recevoir leurs amis au mieux. Maintenant ils avaient hâte de les retrouver, mais aussi un peu peur que rien ne soit plus pareil.

 

Enfin les retrouvailles.

Tout le monde arriva successivement. Et les embrassades commencèrent pour ne plus jamais s'arrêter. Pourtant ils n'étaient pas tant que ça, mais ils prenaient le temps de se retrouver, de s'apprécier à nouveau.

Depuis trop longtemps qu'ils ne s'étaient pas vus, chacun avait un tas de choses à raconter. Qui était partit vivre en Belgique, qui suivait ses études à Paris, qui travaillait déjà pleinement à Strasbourg. La soirée ne serait jamais assez longue pour que tous puissent parler et raconter leurs voyages.

Et malgré le brouhaha ambiant, ils étaient tous très heureux de se retrouver ici, sous les arbres et autour du barbecue.

Leurs cheveux prendraient un léger goût de grillé et leurs vêtements seraient de plus en plus humides à mesure que le temps passerait, mais personne ne s'en inquiéterait. Ils resteraient là jusqu'au levé du jour pour rattraper le temps perdu.

 

Assis en rond comme ils l'étaient ils se retrouvaient quelques années en arrière lors de leurs premières soirées confidences. Les conditions étaient différentes mais l'envie et la joie étaient les mêmes. Sur ce point, rien n'avait changé.

Ils profitaient de la douceur du temps pour rester dehors toute la nuit et s'enroulaient dans des couvertures lorsqu'ils commençaient à frissonner.

Ils ne prirent pratiquement pas le temps de manger de peur de perdre trop de temps en mastication. Ils avaient trop de choses à se dire pour gaspiller le temps. Au contraire, ils parlaient le plus vite possible pour en dire le plus possible.

Tout le monde parlait en même temps et se battait pour le tour de parole. Tout le monde riait fort et se laissait bercer par la voix des conteurs.

 

Assis là ensemble, ils se sentaient unis comme une famille. Pourtant ils ne s'étaient pas vus depuis longtemps. Mais ça n'y changeait rien. A les voir aussi heureux ensemble, personne ne pouvait douter de leur dévotion les uns pour les autres.

Ils avaient formés une famille longtemps auparavant et malgré de longs mois d'absence, rien n'avait changé leur relation.

Peut-être que c'était exactement ça être une famille. S'aimer jusqu'au bout du monde, jusqu'au bout des temps.

Report this text