Faites Entrer L'accusé (Le serial-kicker de Bergues)

stockholmsyndrom

Nous sommes le 14 Mars 2018 au tribunal pénal de Douai. Dylan apparaît au rang des accusés, le visage des mauvais jours. 
Pour la circonstance, il a vêtu son plus bel accoutrement, à savoir un survêtement du Borrussia Dortmund ainsi que sa sacoche fétiche Dolce Gabbana avec laquelle il bicrave à son habitude. Il se veut présentable, et même si sur son mur Facebook on peut régulièrement lire des messages tels que "baize t mor la bac", "balek lé hemdek" ou encore "nik la justise", aujourd'hui, Dylan veux montrer qu'il a fait son méa culpa au juge parce qu'il chie littéralement dans son froc Unkut car oui, Dylan a des caleçons certifiés street crédibility mais uniquement pour les traces de pneu qui y trônent.
Pour retracer les faits qui l'ont mené ici, il faut puiser dans le passé chaotique du jeune homme qui aura enchaîné déception sur déception, notamment dans le milieu de la musique, son domaine de prédilection. Dylan est alors à cette période un jeune homme de vingt deux ans qui rêve de devenir une star du rap, à l'instar de Booba 92I, Kaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaris ou encore Gradur mes sheguey, seulement voilà, il habite à Bergues et se trimballe plus une ganache à la Eddy de Pretto qu'une face de renoi véner aux dents en or, ce qui peux s'avérer quelque peu déplorable quand on veut se faire passer pour un barlou de tiékar, jurer être le cousin de Karim Benzema, pester contre les contrôles d'identité abusifs où encore affirmer avoir huit femmes et le manoir de Tony Montana qui vous attendent sagement au bled.
Dans les faits, Dylan est un babtou, un enfant du ch'nord, un descendant de coron, mais il est persuadé qu'il a la peau blanche parce qu'il est albinos et peut entendre en lui les rythmes de tamtam exotiques des contrées chaudes de ses racines. Oui, Dylan en est persuadé, c'est un enfant du soleil, Il se fait par ailleurs appeler Hicham après s'être converti à la religion musulmane grâce au livre sacré "L'islam pour les nuls" qui trône en point d'orgue sur sa table de chevet. Il commence Alors à tenir à cette époque des propos témoignant de sa radicalisation tels que "walla j'le monte an lere ton Pierre Bachelé" où encore "Nike sa mer ton marwal fé moa du couscous halal mécrean" et comme bon nombre de ses cousins de tess dans la hess qui se sentent rejetés par la société, il commence à poser son flow sur des prod à l'ancienne en faisant du sale comme jaja. Dans le premier E.P qu'il sort sur les plates formes indépendantes en ligne, il dépeint au vitriol la société française contemporaine, avec des titres forts et engagés tels que "Wesh Macron trou du fion", "C la zermi dans ma téci" où encore "5-9 cé le pas de calé ci t pd t recalé", son titre phare. Mais la mayonnaise ne prend pas, ses rimes sont pauvres et son logiciel de montage est à chier, il compabilise une vingtaine d'écoutes et recoit 19plaintes pour atteinte à la personne. Qu'à cela ne tienne, Dylan ne se décourage pas pour autant, il est certain d'être la victime d'un complot franc maçonnique orchestré par le Mossad et remet en cause la théorie de la terre ronde. Il tweete alors un message à l'intention de ses oppresseurs: "kome par hazar kome dieudo blaklisté dans lé média, a sa veux jouer on va joué, liberté dexpression la lutcha continua #biendécidéatouniké#Scarface#Billetéviolé", le rap game est averti, Dylan est un charo déter.
Il fume une chicha fraise pour se détendre un peu puis prend les clefs de sa Peugeot 306 tuning pour se rendre au siège de la radio Skyrock muni d'un tazer et de deux de ses gars sûrs qu'il a rencontré en C.A.P chaudronnerie, bien décidé à prendre le taureau par les cornes. Arrivé là-bas, il débarque en plein Planète Rap de Fianso et NTM pour niquer des mères, il menace tous les gens présents de les prendre en one-one dans l'octogone si on ne lui donne pas un micro sur le champ mais tout le monde est défoncé et Dylan et ses deux hommes de main passent inaperçus comme trois cachets d'aspirine dans une nuage de beuh. C'est alors que Joey Star, qui culmine à 7 à ce moment-là sur l'échelle de Docgynéco, tombe au sol pour y roupiller comme une merde. C'est le moment que choisi Dylan pour tenter sa chance, il attrape le micro libre en s'apprêtant à lâcher en direct un gros freestyle de losa, il ne le sait pas encore, mais il est sur le point de commettre l'irréparable. La suite, tout le monde la connais, elle a fait le tour du monde des pages des faits divers, il lâchera une grosse bouze inaudible sur les ondes hertziennes qui durera à peine quatre minutes, ce qui suffira à assassiner plus cent mille innocents à travers la France, à ce jour encore la plus grosse tuerie de masse que n'ai jamais connu notre pays.

Dylan sera jugé pour génocide et pour port de tazer illégal, il répondra aussi de la plainte déposée par l'amicale des fans de Pierre Bachelet pour menaces de mort envers un mort.
Il sera condamné à la réclusion criminelle à vie et aura obligation de s'excuser auprès de Pierre Bachelet.

Il est à ce jour encore en prison et même si les chaumières de France peuvent encore couler des nuits paisibles, il reste encore des questions qui demeurent sans réponses.

Pourquoi les chtis tunnent des 306? 
Que sont devenus les deux amis chaudronniers de Dylan ?
Mais où est donc or ni car ?

Des questions qui, soyez en convaincus, demeurent en secret dans les adages du temps.

Report this text