Fear.

littlerebel

Sympa mais je me sentirais pas à l'aise avec elle. Celui-là est à fuir comme la peste, violent et instable. Tiens, celui-là est super gentil par contre, on rigole bien avec lui. Celle-là est imbue d'elle-même. Et celui-ci est moqueur. Celle-là ne se prend pas la tête, on pourrait bien s'entendre toutes les deux.

Je suis assise sur une banquette dans le train et je regarde les gens. En un coup d'œil je peux déterminer qui ils sont. On pourrait dire que les juge mais non, c'est bien plus que ça. C'est comme une sorte de sixième sens, je sais. Et depuis que je suis toute petite c'est comme ça. Certaines fois j'ai une alarme qui s'allume dans ma tête qui me dit de me tenir à distance de telle ou telle personne, parfois avant même de lui avoir parlé. C'est très utile. Et divertissant dans les endroits publics, comme le train. Une mère essaie de faire asseoir son fils qui grimpe sur les sièges. Un groupe d'adolescents discute fort. Des filles rigolent. Deux vieilles admirent la vue par la fenêtre. Le train s'arrête, pas mal de gens descendent, je me retrouve presque seule. Du coin de l'œil je vois le contrôleur arriver dans le wagon. Je sors ma carte à l'avance pour éviter de le faire attendre quand il va arriver à moi.

Quand je redresse la tête je croise le regard du contrôleur encore à l'autre bout du wagon. Il est jeune, moyennement attirant, banal, il n'a rien de particulier. Mais quand j'ai senti ses yeux se poser sur moi, j'ai eu peur. Ce n'était pas l'instinct de prudence qui me dit de m'écarter d'un violeur/voleur/agresseur potentiel, ça j'ai déjà connu, je sais ce que c'est. Là c'était juste de la peur à l'état brut, une peur viscérale. Ça a été bref, ça m'a heurté comme un coup de poing. Une fois la première vague de peur passée, je me mets à ressentir un malaise grandissant. Parce que je ne me trompe jamais. Et si j'ai déjà eu affaire à des gens très peu recommandables, l'effet que m'a fait celui-ci n'avait rien de comparable. C'était terrifiant. D'habitude je sais de quoi les gens sont capables, ça se lit sur leur visage. Mais lui non, il a l'air parfaitement normal. La peur m'a simplement écrasée en le regardant dans les yeux. Et je ne sais pas de quoi je dois avoir peur. Est-ce qu'il est seulement humain ?

Je suis bloquée quasiment seule avec lui dans un train. La figure d'autorité ici, c'est lui. Et il se rapproche. Mon Dieu sauvez-moi.

Report this text