Fixe

franekbalboa

Arrêté, fixe, immobile, appelez cela comme vous le voulez. Je n'ai ni la force ni l'envie de bouger.

Je suis observateur passif. Cette scène étrange qui se dresse devant moi. Un couple s'enlace, deux joggeurs passent, la brume masque légèrement tout ça, comme si la scène était en partie censurée, comme si le détail était optionnel, et que le ressenti se montrait primordial pour apprécier tout ce qui est devant moi.

Je me mets à ignorer le manque de détails, à ressentir cette image, je sens les vibrations, ce petit éclat d'eau qui laisse passer un poisson, cette feuille d'arbre arrachée par un oiseau, le soleil perçant timidement à travers les divers voiles brumeux et nuageux. Je sens le sol qui se réchauffe, degré après degré, le ciel qui bouge, le tumulte de l'eau qui se fracasse au loin. Ce couple qui s'assied un peu plus loin, mes yeux sont fermés pourtant je devine la scène. Les joggeurs s'arrêtent afin de s'étirer sur un banc proche. Leur souffle est distinct, c'est comme s'ils était tout juste derrière moi, j'arrive même à ressentir la fièvre et l'envie de sport. 

Attentif à tout sauf à moi même, j'oublie mes sensations propres, je m'évade dans un monde entre physique et émotionnel. Je me sens partir, transporté par ces volutes de fumée brumeuse qui m'entoure... 

Il faut que je me remue... Le temps passe et j'ai à faire.

Report this text