Grand-Frère, c'est quoi l'Amour?

sirhaian

Grand-frère, c’est quoi l’Amour ?

Par Sirhaian

Chapitre 1 : Sentiment ou émotion ?

   - Kevin! Cria mon petit frère en courant vers moi. J'ai une question!

   - Encore ? Décidément... Soupirais-je.

   - Héhé... Tu sais qu'j'aime te poser des questions!

   - De là à m'en poser vingt par jours... Bon, vas-y.

   - C'est quoi l'Amour ?

   - L'Amour... L'Amour ? Tu me demandes de te définir ce qu'est l'Amour ?

   - Oui!

   - L’Amour-Amour ?

   - Oui, l’Amour…

   - Mais enfin, tu sais bien ce que c'est, non ?

   - Oui, je sais, je sais... Mais j'aimerais avoir ton point de vue...

   - Et pourquoi ça ?

   - Je ne te le dirai que lorsque tu l'auras répondu!

   - Bah, l'Amour, c'est...

   - Nan! Une réponse réfléchie, s’il te plait.

   - Réfléchie, en plus ? C'est pas mon fort, t'sais ?

   - Mais si, mais si. Allez, je t'écoute. Ah, attends, je prends des notes.

   - Des... notes ? Toi ?

   - Et alors ? J'ai pas l'droit ? Demanda-t-il en fouillant dans son sac.

   - Oh, si...

   - Ok, c'est bon. Je t'écoute.

   - Facile à dire! Bon... Qu'est-ce donc que cette chose dont parle tout le monde sur cette bonne vieille Terre ? Pour moi, ce serait... Non... Le définir comme ça de but en blanc serait prématuré et prétentieux. Premièrement, je précise que je ne parle que pour moi, car chacun a sa propre définition de ce qu'est l'Amour. En effet, il peut paraître si différent selon les personnes, leur passé, leur caractère, leurs passions, leur environnement, qu'il est impossible de donner une définition universelle de ce qu'est réellement ce "sentiment".

   - Forcément. Chacun sa conception. Bon, continue.

   - Tout d'abord, est-ce un sentiment, selon toi ?

   - Mm... Je pense, oui. Pourquoi cette question ?

   - En est-ce réellement un ? N'est-ce pas plutôt une émotion ?

   - Ah! Ça m'intéresse! S'enquit-il.

   - Tant mieux. Pour répondre à cela, il est nécessaire de définir ce qui sépare ces deux termes que l'on ne mélange que trop souvent. Bon... On va prendre un vieux dictionnaire poussiéreux. Hop, en voilà un. Voyons voir... A, a... an... ange... Ah, Amour. Voici donc ce que me dit cette voix des sages du siècle passé: "Une émotion est une réaction affective s'accompagnant de modifications neurovégétatives.".

   - Neuro... quoi ?

   - Euh... Aucune idée. Je dois avouer que cette définition me parait assez étrange. Mais émanant d'un dictionnaire tout ce qu'il y a de plus rationnel, cela ne m'étonne pas plus que ça. Voyons ce qu'il m'apprend sur les sentiments. S... secret... sens... Sentiment! Ah, là, la définition est plus longue. Serait-ce plus difficile à définir ?

   - Ce n'est pas parce qu'une définition est plus longue qu'elle est plus difficile, hein!

   - Mm. Voyons voir: "Connaissance plus ou moins claire donnée d'une manière immédiate; sensation, impression: avoir le sentiment de sa force. - Manifestation d'une tendance, d'un penchant: être animé de mauvais sentiments. - Disposition à être facilement ému, touché: agir par sentiment. - Littéraire: Manière de penser, d'apprécier.".

   - J'ai rien dit...

   - Hehe... Bref, je vais devoir tenter de définir ça par moi-même puisque tout ceci parait si compliqué dans un dictionnaire. Je vais faire simple et court, ou du moins, je vais essayer.

   - J'ai tout mon temps.

   - Pas moi. Bon, un sentiment est quelque chose que l'on ressent et une émotion est quelque chose que l'on exprime. Ça, c'est fait. Note ça. Ensuite... Tout d'abord, il faut savoir qu'il est facile de se tromper au sujet de nos sentiments. Par contre, on peut facilement les voiler grâce aux émotions, qui sont par exemple les expressions du visage. Une émotion est difficile à cacher, il faut être parfaitement maître de soi pour y parvenir. Usons d'exemples pour éclairer notre lanterne que je sens vacillante.

   - Tu peux pas parler moins sérieusement ?

   - Un sujet sérieux demande un langage sérieux, mon petit!

   - Mm... Continue.

   - Un exemple... Mm… Un sentiment pourrait être la haine, l'amitié ou l'Amour, tandis qu'une émotion serait plutôt le fait de pleurer, de rire, etc. Les sentiments peuvent être exprimés: "Je t'aime", "Je te hais", etc. mais une émotion ne peut l'être: on ne peut pas dire "Je te pleure" mais on dit "Je pleure" car on ne peut pas donner d'objet direct à une émotion. C'est quelque chose que l'on ressent, c'est une sorte d'expression des sentiments: "Je souris car je t'aime.".

   - Comme une cause-conséquence ?

   - Oui, on peut dire ça. L'un ne va pas sans l'autre. Bien que l'on tente souvent d'affirmer le contraire, une émotion ne peut pas n'avoir aucune cause.

   - Hein ?

   - On ne pleure pas pour rien, on ne rit pas pour rien. Un sentiment est très souvent exprimé par une émotion, comme un sourire qui se dessine sur le visage d'un jeune homme qui aperçoit la jeune fille qu'il aime entrer dans sa classe ou encore le grincement de dents qui s'ensuit lorsqu'il la voit enlacer son meilleur ami et lui parler avec des mots doux qu'il aimerait être capable de prononcer.

   - Mais c'est horrible, ça!

   - Ce n'est qu'un exemple. Bref, j'abrège et résume: une émotion est une expression des sentiments. C'est une modification physique difficile à voiler, à l'inverse des sentiments que l'on peut généralement cacher à la vue des autres. Une émotion surgit en effet très souvent sans que l'on ne s'en rende compte et surtout sans que l'on puisse l'empêcher de poindre. Les sentiments sont vivants car ils naissent, vivent, survivent, rencontrent des difficultés et parfois, meurent. Les émotions, elles, se contentent d'exister et on ne peut pas vraiment dire qu'elles sont capables d'évoluer ou de grandir.

   - Tu pourrais pas résumer ton résumé ?

   - Mm... Disons que les sentiments sont invisibles mais que les émotions le sont. Ainsi, c'est clair. Enfin... J'espère!

   - C'est mieux...

   - Voilà. Une bonne chose de faite... Maintenant que les termes d'émotions et de sentiments sont définis...

   - On pourrait revenir au sujet principal ?

   - C'est ce que j'allais faire... Qu'est donc l'Amour ? Un sentiment ou une émotion ?

   - Un sentiment, non ?

   - C'est ce que nous aurions tous tendance à dire, je pense. En effet, c'est quelque chose que l'on ressent et que l'on peut voiler facilement, selon les capacités de chacun, évidemment, et aussi selon les circonstances. On peut rapidement le déceler dans le regard, par exemple. Mais le comportement général d'une personne peut le cacher partiellement, voire totalement. L'Amour serait donc un sentiment, selon la plupart des gens qui vivent sur la même planète que nous. Mais n'oublions pas que les sentiments et les émotions sont étroitement liés! Une émotion suit souvent un sentiment mais un sentiment ne précède pas toujours une émotion.

   - T'aurais pas un exemple ?

   - Si, si. Attends deux secondes... Mm... Ah, voilà. Un garçon voyant la fille qu'il aime va généralement sourire, mais ce n'est pas parce qu'il sourit en voyant une autre fille qu'il en est forcément Amoureux. Tu sens la nuance ?

   - Ah oui, je comprends mieux.

   - Sûr ?

   - Oui, oui.

   - Ok. Donc, on en arrive à ce que l'Amour est un mélange entre sentiments et émotions. Le fameux dictionnaire nous dit que "L'Amour est un élan physique et sentimental qui porte un être humain vers un autre.". Pour une fois, je dois avouer que cette définition me plaît. On y retrouve le mélange entre le physique (émotions) et le sentimental (sentiments). Néanmoins, cette définition reste relativement courte.

   - Y'a un autre dico dans le bureau. Je vais te le chercher.

   - Merci.

   - Le voilà... Il est un peu plus lourd!

   - Peu importe... Alors... A... Aj... Al... Amour. Voici ce que déclare cette encyclopédie: "L'Amour est une affection vive pour quelqu'un et pour quelque chose: l'Amour de Dieu, du prochain, de la patrie, de la liberté. Sentiment passionné pour une personne de l'autre sexe: inspirer de l'Amour. Passion, goût vif pour quelque chose: Amour des arts.".

   - Wow...

   - Mm... Ici, on ne parle que de sentiments et non d'émotions. J'aime assez bien cette différence entre les deux: l'un, en une longue définition, tente de démontrer ce qu'est l'Amour en se basant sur ce que pense la plupart des gens, tandis que l'autre se contente d'en donner une définition simple et concrète en y mélangeant autant le physique et le mental, l'émotionnel et le sentimental. Le plus surprenant, c'est que les deux dictionnaires - enfin, le dictionnaire et l'encyclopédie - sont issus de la même maison d'édition et sensiblement de la même époque, à l'après de quelques années.

   - Y sont tout de même assez vieux!

   - Je ne sais pas si l'Amour a vu sa définition modifiée en quelques années...

   - Mm...

   - Donc, l'Amour serait donc un mélange entre les sentiments et les émotions, mais les sentiments seraient plus importants que les émotions. Le mental serait plus important que le physique! On avance, on avance.

Chapitre 2 : Vivant ?

   - L'Amour étant donc majoritairement un sentiment, mais pas que, il serait quelque chose qui réside en nous, qui vit en nous, et qu'il serait aisé de cacher aux autres. Maintenant que nous savons cela, l'Amour est-il vraiment vivant ?

   - Vivant ?

   - Nous avons démontré que les sentiments étaient vivants car ils peuvent évoluer. L'Amour peut lui aussi évoluer, n'est-ce pas ?

   - Euh... J'imagine...

   - Tu imagines ? L'Amour est d'abord faible, puis il grandit et grandit et grandit encore! Parfois, il naît très puissant et finit par s'éteindre. Ça dépend des cas...

   - Ah... Mouais... Ok.

   - Compris ou pas ?

   - Oui, oui... Continue.

   - Tu as l'air un peu à l'ouest... Ça va ?

   - Oui... Mais je viens juste de me rappeler un anime que j'ai regardé y'a pas longtemps.

   - Ah ? Lequel ?

   - Je ne sais plus le nom...

   - Quelle était l'histoire ?

   - Ah non, non. Trop compliqué! Ça va me prendre des heures à t'expliquer et encore d'autres heures pour toi comprendre!

   - Sympa!

   - Pfff... Bon, continue. T'en étais à essayer de déterminer si l'Amour est vivant.

   - Mm... Donc... L'Amour peut évoluer, mais cela suffit-il à le classer dans la catégorie des vivants ? Je pense que oui. L'Amour peut vivre, mourir, rencontrer des difficultés tout autant que qu'un être vivant normal. Qu'est-ce qui pourrait nous empêcher de dire que l'Amour est vivant ?

   - Tes questions sont bizarres...

   - Bienvenu en philo!

   - C'est bizarre, la philo...

   - Non! C'est génial! Mais je ne vais pas t'expliquer ce que c'est... Dis-toi juste que c'est une discipline qui consiste à se poser des questions et à essayer d'y amener des réponses.

   - Tu t'écartes du sujet...

   - Au oui, désolé... Voyons voir ce que nous dit un dictionnaire sur ce qu'est la vie: "Activité spontanée propre aux êtres organisés, qui se manifeste chez tous par les fonctions de nutrition et de reproduction, auxquelles s’ajoutent chez certains êtres les fonctions de relation, et chez l’homme la raison et le libre arbitre.". Intéressant. Il y aurait donc, d'après ce dictionnaire et ce que j'en comprends, six conditions afin de classer quelque chose dans la catégorie des "vivants": la spontanéité, la nutrition, la reproduction, la relation, la raison et le libre arbitre.

   - Six conditions ? Sont-elles remplies, à ton avis ?

   - On va vite le découvrir.

   - J'ai peur de ton "vite"...

   - Méchant... Bon, commençons par la première. L'Amour est-il spontané ? Autrement dit, l'Amour est-il un phénomène impulsif, qui se déclenche de lui-même ?

   - Bah oui!

   - Exactement. L'Amour est tout ce qu'il y a de plus spontané! Donc, la première condition est remplie, passons à la suivante.

   - Déjà ?

   - Oui. Qu'aurais-tu voulu de plus ?

   - Hmm... Tu as raison. La suite ?

   - J'y viens. L'Amour effectue-t-il la fonction de nutrition ?

   - Gna ?

   - On pourrait formuler ceci ainsi: l'Amour a-t-il besoin d'être nourri pour vivre ?

   - Évidemment!

   - Bien vu. L'Amour qui n'est pas nourri est comme un fleuve qui se dessèche: la source et l'amont ne sont plus en contact, le lien s'effondre, l'Amour disparaît et meurt. Deuxième condition remplie.

   - Ok, suivante!

   - La troisième, la reproduction. Comment pourrait-on reformuler ceci de façon plus correcte ?

   - Aucune idée. Dico ?

   - Hmm... Pour le mot "reproduction", le dictionnaire me dit: "Action par laquelle les êtres vivants perpétuent leur espèce.". Je vais tenter d'imager cela. Prends par exemple un champ de fleur. Chaque fleur contribue à la survie de son espèce de par sa présence. Si l'une d'entre-elles meurt, cela se verra à peine. Mais si chacune d'entre-elles dépérit, le champ disparait. Il en va de même pour l'Amour. En effet, ce n'est pas parce-qu'un Amour s'éteint sur Terre que la notion même de l'Amour disparaitra. Mais si toutes les flammes s'éteignent en même temps, si toutes les fleurs se flétrissent, qu'adviendra-t-il de cette si belle et si mystérieuse notion qu'est l'Amour ?

   - Ah oui, je comprends oû tu veux en venir! C'est la notion d'Amour qui fait qu'il existe.

   - Mm... Oui. Si elle disparait, l'Amour disparait aussi. Et pour éviter cela, il faut que l'Amour se "reproduise". Attention, nous ne parlons pas ici de reproduction sexuée, mais bien d'une perpétuation de l'espèce, de la notion de l'Amour. Sauf argument contraire, nous pouvons heureusement dire qu'il existe encore. Et donc, si l'espèce est perpétuée, c'est que l'Amour se "reproduit" de génération en génération. Condition numéro trois remplie et démontrée.

   - Ok, suivante, mon cher!

   - Mm... La quatrième condition exige une relation. L'Amour a-t-il besoin de relations ou peut-il vivre sans être partagé ?

   - Euh...

   - La plupart penseront que c'est évident, que l'Amour ne peut vivre s'il est seul. Je suis d'accord avec ces personnes. Mais comment le prouver ?

   - Euh...

   - T'es pas obligé d'essayer de répondre à mes questions, tu sais. Je ne fais ça que pour structurer mon raisonnement.

   - Ah, je me disais aussi.

   - Bref, j'en étais où ? Ah oui... L'être humain est un être relationnel. Il est certes possible de vivre isolé du monde extérieur et de ne pas avoir de relations, mais cela relève du domaine de la folie. En effet, il n'est présentement pas question de vie mais de survie. La pyramide des besoins du génial Maslow ne s'élèvera pas…

   - La pyramide de… Tu m’expliques ?

   - Arrête de toujours m’interrompre, voyons ! Bon… La pyramide de Maslow. Elle date de la deuxième guerre mondiale, si je me souviens bien. Elle explique les besoins qu’ont les humains, dans une hiérarchie logique. On ne peut pas atteindre le « niveau » supérieur tant que l’étage dans lequel tu te trouves n’est pas satisfait. Elle se compose de cinq niveaux : Besoins physiologiques (manger, boire, dormir, respirer, etc.), les Besoins de sécurité (emploi, santé, avoir une maison, etc.), les Besoins affectifs (Amour, amitié, sexe, intimité, famille, etc.), l’Estime (confiance en soi, respecter et être respecté, estime de soi, etc.) et l’Accomplissement personnel (morale, créativité, etc.). Seuls quelques humains réussissent à atteindre le dernier niveau, soit-dit en passant.

   - Oh ! Intéressant, ça ! Je note, je note.

   - Tu peux facilement retrouver la hiérarchie déjà toute faite sur internet, tu sais… Pas besoin de la noter.

   - Je sais, mais ainsi, je la retiens.

   - Hmm…

   - Tu dis qu’elle date de la deuxième guerre mondiale. Tu ne trouves pas ça un peu ironique qu’ils créent une hiérarchie des besoins pendant une période aussi cruelle ?

   - Je trouve ça logique. On ne se rend compte de la valeur d’une chose que lorsqu’on la perd, non ? Et à cette époque, ils ont perdu la liberté, le respect, l’estime, la sécurité, l’Amour, et j’en passe. Je pense donc que c’est normal qu’ils aient réfléchi à leurs besoins pendant une telle période.

   - Ah oui. Ok. Bon, on en était où ?

   - Si tu ne m’interrompais pas toutes les deux minutes, ça irait mieux…

   - Désolé, mais je vais encore certainement t’interrompre pas mal de fois !

   - Génial ! Bon… Je parlais de la pyramide… Ah oui. Les relations. L’être humain ne peut, logiquement, pas vivre seul. Si tu ne vis pas en relation avec d’autres personnes, la pyramide de Maslow, que tu connais maintenant, ne s’élèvera pas  plus haut que son deuxième niveau. Peut-on réellement se contenter de si peu alors que cinq étages s'offrent à nous, de la pure nutrition jusqu'à l'accomplissement de nos rêves en passant par la sécurité, l'Amour et l'estime de soi ? La vie ne peut exister sans relation. Il en va de même pour l'Amour. Il est fou de vouloir aimer sans attendre de relation, ne serait-ce qu'oral ou visuel. Un Amour aussi platonique ne peut exister, il ne serait alors qu'admiration ou rêve inaccessible. Quatrième critère rempli.

   - Suivant !

   - Cinquième condition: l'Amour doit être raisonnable. Et c'est là que les hordes s'empoignèrent.

   - Les hordes ?

-Non, rien, laisse tomber. L'Amour étant sentiments, peut-on envisager qu'il soit raisonnable ? L'éternel duel entre la raison et les sentiments, ce cruel dilemme reprit tant de fois dans les drames classiques... Tout d'abord, afin que tout soit bien clair, établissons ce qu'est la raison. Les sentiments ayant déjà été définis, il n'est pas nécessaire d'en reparler longuement.

   - Yeah !

   - Bref, voyons ce que nous disent les savants linguistiques quant à ce qu'est la raison. Passe-moi le dico…

   - Le voilà.

   - Merci. Alors, voyons voir… Raison : "Faculté intellectuelle par laquelle l’homme connaît, juge et se conduit.". Voilà ce que serait la raison. Et c'est bien là ce qu'elle est: notre capacité à juger de ce qui est bien pour nous. On peut donc affirmer qu'elle n'existe que grâce à la présence de notre libre arbitre, ce qui nous permet de faire des choix, bons ou mauvais. La raison est donc essentielle à la vie, puisqu'elle nous sert à choisir la voie du bien et non celle du mal. Raison et sentiments étant antonymes, peut-on pour autant dire que les sentiments mènent au mal ?

   - Ben euh… Pas toujours…

   - Exact. Car ce que nous jugeons comme étant bien pour nous ne l'est pas forcément. Illustrons par un exemple que je viens de découvrir grâce à un livre génial qui tente de nous expliquer, avec brio, ce qu'est la philosophie.

   - Ah oui ! Le livre que t’as dû lire pour Français ?

   - Yep. Alors, de son temps, le grand philosophe Platon, qui excellait dans l'art de poser les questions qui permettait à n'importe qui soit de se suicider soit de changer de vie, racontait cette petite histoire. Et, s’il te plait, ne m’interromps pas…  "Des enfants se rendent à la confiserie. Là, ils voient des tonnes et des tonnes de bonbons en tous genres. Forcément, étant jeunes et illusionnés par cette nourriture si douce à leur palais, ils ne pouvaient que désirer en manger. Pour eux, manger des bonbons est quelque chose de bien. Maintenant, prenons ces mêmes enfants et envoyons-les chez un médecin. Celui-ci leur expliquera, s'il a mérité son diplôme, que manger des confiseries est quelque chose de dangereux pour leur organisme." Que penseront les enfants de ce monsieur qui leur dit que ce qu'ils ont de plus précieux au monde est mauvais pour eux ? Tout naturellement, ils vont penser qu'il est méchant, qu'il ne veut pas leur bonheur mais leur malheur, voire qu'il leur a menti pour avoir tous les bonbons pour lui seul. Leur idée de ce qu'est le bien est faussée par la traître douceur des confiseries.

   - D’accord… Et ?

   - J’y arrive: ce qui est bien pour quelqu'un ne l'est pas forcément pour tout le monde. Tout dépend de la personne, du caractère, de l'environnement, etc. Donc, les sentiments ne mènent pas forcément au mal. Et, si la notion de bien varie en fonction de plusieurs facteurs dont celui de la personne, il en va de même pour la notion opposée, celle du mal. Tout comme il n'y a pas de vraie définition de l'Amour, il n'y a pas de définition pour le bien ou pour le mal, si ce n'est qu'ils sont antonymes autant que l'Amour l'est de la haine. Bref, on peut revenir au sujet principal. L'Amour est-il raisonnable ? Si on dit que la raison permet de choisir le bien et que l'on ignore le fait qu'il est également impossible de lui donner une définition correcte autant qu'il est impossible de définir le bien, alors, oui, l'Amour est raison. Mais si l'Amour est Raison, il n'est pas Sentiments... Sauf que ces deux notions ne sont pas justes antonymes... Elles sont surtout complémentaires! Le bien existe-t-il sans le mal ?

   - Wohow ! Doucement, là ! Je ne te suis plus !

   - Qu’est-ce que tu ne comprends pas ?

   - « Le bien existe-t-il sans le mal ? »…

   - Si le bien disparait, le mal n’existe plus puisque le bien définit le mal. Et l’inverse est vrai aussi. Tu comprends mieux ?

   - Hm… Je pense. Mais ceci n’est valable que parce-que le bien est la définition contraire du mal, non ?

-Oui. Et donc, en suivant ce schéma, raison et sentiments ne peuvent que coexister et il leur est impossible d'être séparés puisque si l'un disparaît, l'autre disparaît aussitôt. Comme tu l’as dit, nous ne connaissons ces notions que parce qu'elles sont opposées. Si l'une n'est plus là pour s'opposer à l'autre, celle-ci disparaît. Donc, l'Amour n'est ni uniquement le bien, ni uniquement le mal. L'Amour n'est ni uniquement la Raison, ni uniquement un Sentiment. C'est un mélange des deux. Et vu que c'est un mélange des deux, il est en partie raisonnable. Condition remplie!

   - Hmm… Bon, suivante ?

   - Si tu n’as pas compris, tu n’as qu’à le dire, tu sais…

   - Non, ça va, ça va…

-Mouais. Bon, allez, dernière condition pour prouver que l'Amour est bel et bien vivant: il doit être soumis au libre arbitre. Nous avons brièvement parlé de cet outil merveilleux par moments et parfois destructeur lors de la dernière condition.

   - Euh… Pourquoi dis-tu parfois merveilleux et parfois destructeur ?

   - Excellente question. Je m'explique. Le libre arbitre est la capacité à faire un choix entre au moins deux possibilités. Ces deux possibilités ne sont pas forcément opposées et le fossé qui les sépare peut être très peu profond, voire parfois presque plat. Faire des choix implique des responsabilités qu'il nous faut assumer quoi qu'il en coûte. Ces choix peuvent être simples et futiles tel que choisir entre se coucher sur le côté droit ou sur le côté gauche, ou bien plus important comme choisir entre licencier du personnel ou limiter les dépenses d'une entreprise. L'impact variera en fonction de ce que l'on choisit. Dans le premier cas, on ne s'expose à aucun danger et les responsabilités sont minimes, voire inexistantes, excepté si on n'est pas seul dans notre lit et que notre conjoint(e) préfère voir notre visage plutôt que nos cheveux durant son sommeil, mais dans tous les cas, l'impact n'en restera que minime.

   - Haha ! J’aime  cet exemple !

   - Je vois ça. Par contre, dans le deuxième exemple, tu peux mettre la vie de beaucoup de personnes en danger, ou en tout cas, leur vie professionnelle. Choisir entre licencier du personnel et une limitation des dépenses demande une réflexion bien plus importante car les responsabilités et l'impact que ce choix aura sur notre vie et sur celle des employés est très grand. Le libre arbitre se révèle alors comme une liberté dans le premier cas: le simple fait de pouvoir choisir notre position de sommeil peut être considéré comme une liberté, même si elle n'est pas très importante. Mais dans le cas du chef d'entreprise, le libre arbitre est comme une prison. On y est enfermé et on ne peut en sortir que lorsque le choix est réalisé. Et comme tout être humain ne supporte pas d'être enfermé, on s'empresse de "purger notre peine", à savoir de décider du choix à prendre, sans toujours réfléchir aux conséquences, ce qui s'avère très dangereux.

   - Ah oui ! C’est pour ça que certains politiciens ne choisissent pas toujours la meilleure solution !

   - En partie, oui. On est tous humains, après tout. Bon, maintenant que le libre arbitre est une notion un peu moins abstraite, revenons à la question principale. L'Amour est-il soumis à ce fameux libre arbitre ? La condition précédente ne nous est pas vraiment utile, puisque l'on y parlait de notions opposées. Or, des choix peuvent ne pas être opposés, comme celui de la couleur de ta chemise, de la forme de nos futurs châssis, de la marque de notre voiture ou encore de la race de notre chien. Les possibilités sont parfois tellement nombreuses que les qualifier d'opposés en devient ridicule. Faut-il donc parler de raison ? De sentiments ? Ou d'aucun de ces deux-là ? En quoi cela nous avance-t-il pour savoir si l'Amour obéit au libre arbitre ? La bonne question à poser serait plutôt: "L'Amour peut-il faire des choix ?".

   - Hmm…

   - L'Amour étant doué autant de raison que de sentiments, on pourrait penser à juste titre que oui, mais tirer une conclusion aussi hâtive n'est pas très intéressant. L'Amour peut et doit amener à faire des choix dont, par exemple, celui de se marier. Mais est-ce pour cela que l'Amour en tant que tel prend des décisions comme le ferait un être humain ? Pour cela, je vais utiliser une image que j'espère simple à comprendre.

   - J’espère aussi…

   - Un jeune homme Amoureux d'une jeune femme la rencontre par pur hasard dans la rue. Vu qu'ils se connaissent depuis longtemps et qu'ils sont de bons amis, il va la saluer. Après une brève discussion, ils constatent qu'il n'est pas très agréable de se parler dans la rue, parmi tous ces bruits urbains. Le jeune homme décide donc de l'inviter à passer l'après-midi chez lui, histoire de discuter un peu plus longuement. Une fois arrivés sur place, ils commencent à discuter. Quelques heures plus tard, le jeune homme ne tient plus et déclare sa flamme à la belle. Alors, ma question est: Qui, du garçon et de l'Amour, a pris la décision de demander à sortir avec la jeune femme ?

   - Je craignais une question du genre…

   - Allez, dis-moi.

   - Bah, c’est le garçon !

   - Eh bien, je dis le contraire. Sans l'Amour, aurait-il pu faire une telle chose ?

   - Euh…

   - S'il n'avait pas été animé par "quelque chose" lors du moment crucial, il n'aurait jamais posé cette question. Et ce "quelque chose", c'est l'Amour qui l'a déclenché car il désirait être nourri! L'Amour a besoin d'exister et pour cela, il a besoin d'être nourri. Nous rejoignons la deuxième condition. L'Amour a décidé que le moment était venu d'exister et de laisser les sentiments surpasser la raison. Ne pensons-nous pas: "Ça y est! C'est le bon moment!" en faisant allusion à ce moment crucial où l'on sait que nous pouvons poser la question fatidique ? Oui. L'Amour peut faire des choix et surpasser notre raison! Sixième et dernière condition remplie!

   - Ok, parfait ! Tu résumes ?

   - Oui, oui, ne t’en fais pas. L'Amour est bel et bien quelque chose de vivant. Nous venons de faire un pas de géant vers une tentative d'explication de ce qu'est l'Amour. Nous en sommes donc à ceci: "L'Amour est un sentiment vivant."

   - Quoi ? C’est tout ?

 -J’avoue que, dit comme ça, et en voyant tout le chemin parcouru, c'est décourageant.

   - Un peu que ça l’est !

   - Héhé… Dis-moi, que pourrions-nous rajouter à cette définition ?

   - Aucune idée.

   - Nous avons parlé de sa nature: c'est un sentiment. Nous avons parlé de son état: il est vivant. Maintenant, parlons de ce qu'il fait et de comment il le fait!

   - Ok, ok…

Chapitre 3 : Bonheur ?

   - Alors, que fait l'Amour ? Quel est son but ? Pourquoi tombons-nous Amoureux ? Quels en sont les effets ? Comment fait-il pour prendre une place parfois aussi importante dans nos vies ? Autant de questions auxquelles nous devons trouver des réponses...

   - Je sens que ça va encore être long…

   - Mais non, le plus dur est fait. Bien, commençons par le commencement. Nous devons d'abord savoir ce que fait l'Amour avant de chercher pourquoi et comment il le fait. Et pour cela, posons une question que beaucoup de personnes se posent: l'Amour apporte-t-il le Bonheur ?

   - Bah oui ! Forcément !

   - Ah oui, et pourquoi ?

   - On est heureux quand on est Amoureux, tiens !

   - Je pourrais tout aussi bien te dire le contraire.

   - Comment ça ?

   - On peut être Amoureux d’une fille sans que celle-ci soit Amoureuse de nous, tu ne crois pas ?

   - Ah oui… J’avais oublié…

   - Pas moi ! Alors, il faut démontrer si l’Amour rend vraiment heureux ou non. Tout d'abord, qu'est-ce que ce bonheur dont tout le monde parle ? Il est souvent associé à cette vision de l'Amour mais est-ce à juste titre ? Alors, voyons ce que nous dit le dico : "Félicité, état heureux, prospérité.".

   - Hmm… Ça nous aide…

   - Ehem… Je vais en chercher un autre… Alors : "Le bonheur est un état durable de plénitude et de satisfaction, état agréable et équilibré de l'esprit et du corps. Étymologiquement, ce mot vient de l'expression 'bon eür'. 'Eür' est issu du latin 'aigurium' qui signifie 'accroissement accordé par les dieux à une entreprise.'.

   - Waw. Vachement plus complet !

   - Héhé. Ce n’est pas tout à fait fini : "Il s'agit donc de l'aboutissement d'une construction, qui ne saurait pas être confondu avec une joie passagère.". Intéressant. Reprenons les différents éléments de cette définition. Le bonheur est durable, il amène la satisfaction, il est agréable et surtout, permet un équilibre entre le corps et l'esprit. Cela te rappelle-t-il quelque chose ?

   - Emotions et sentiments… ?

   - Oui, c'est bien cela! N'oublions pas que le bonheur, selon l'étymologie, est l'aboutissement d'un projet, d'un désir, et ne peut pas être confondu avec une joie passagère. En résumé, le bonheur est l'état par excellence du genre humain. Qu'en est-il donc de l'Amour ? Comparons-les.
Premièrement, lorsque l'on est Amoureux, est-ce durable ? N'est-ce que passager ? Sauf événement amenant au contraire, on peut affirmer que cela est bel et bien durable. Dans ma logique, un homme censé ne va pas tomber Amoureux d'une fille pendant quelques heures pour finalement l'oublier le lendemain. Au contraire, s'il est réellement Amoureux, il va tout faire pour la conquérir et nourrir cet Amour qui illumine sa vie, non ? Donc, l'Amour est durable. Deuxièmement, amène-t-il une quelconque satisfaction ? Les habitudes ayant la vie dure, cherchons la définition de ce qu'est une satisfaction: "Contentement, plaisir que nous éprouvons quand les choses sont telles que nous pouvons les souhaiter.". L'Amour répond-il à cette définition ? Lorsqu'il naît et qu'il est partagé entre deux êtres, provoque-t-il ce sentiment de plaisir dont il est question ici ?

   - Bah oui !

   - Évidemment! Lorsqu'un couple s'embrasse, quel n'est pas le plaisir qui s'immisce dans leur cœur! Bref, l'Amour amène bel et bien une satisfaction. Et quelle satisfaction! Troisièmement, est-il agréable ? Inutile de le démontrer: cela découle du fait qu'il amène une satisfaction. Il est intrinsèque qu'une satisfaction est agréable.

   - Intrinquoi ?

   - Intrinsèque. Ça veut dire que c’est « logique », que cette notion lui est propre. Une satisfaction est toujours agréable. C’est intrinsèque. Tu comprends ?

   - Je pense, oui.

-Bien. Alors, quatrièmement, permet-il d'établir un équilibre entre le corps et l'esprit ?

   - Gna ?

   - Reformulons: permet-il de créer un équilibre entre les émotions et les sentiments ? Nous savons déjà que cet équilibre, s'il existe, sera durable et plaisant. Donc, un équilibre. Qu'est-ce qu'un équilibre ?

   - Tu vas l’expliquer…

   - Perspicace, c’est bien… Il s'agit d'un état dans lequel deux termes sont égalisés. Les émotions et les sentiments peuvent-ils prendre une valeur égale lorsque l'Amour s'y mêle ? Prenons un exemple. Un garçon est Amoureux d'une jeune fille. Là, les sentiments dépassent les émotions puisqu'il n'ose pas s'avouer. Quelques temps plus tard, il se lance enfin. Les émotions deviennent plus importantes: il tremble, rougit, bafouille, regarde à gauche et à droite, etc. La fille l'embrasse en signe d'acceptation. À partir de ce moment, les émotions et les sentiments vont commencer à se stabiliser. N'ayant plus peur de s'avouer et pouvant pleinement profiter des émotions que produit cette jeune fille, l'équilibre se forme peu à peu. Nous pouvons donc affirmer que l'Amour, une fois qu'il est partagé, permet de trouver un équilibre.

   - Condition remplie !

   - Yep. Toutes les conditions étant remplies, l'Amour est source de bonheur! Mais est-ce la seule chose que cela produit ? Le bonheur est toujours accompagné du malheur, autant que le bien ne peut exister sans le mal, comme nous l'avons déduit un peu plus tôt. L'Amour amène donc également le mal. Séparation, tristesse, déception, désillusion, etc...

   - Logique.

Chapitre 4 : Rêve ou réalité ? Et au niveau physique ?

   - Bref, l'Amour conduit au bonheur, mais pas uniquement. Bien. Posons maintenant une seconde question permettant de savoir ce que fait l'Amour. Est-il rêve ou réalité ? Encore une opposition. Tout ce qui est rêve n'est pas réel et tout ce qui est réel n'est pas rêve. Tu es d’accord ?

   - Bah oui. Forcément…

   - Pourquoi ?

   - Bah… C’est logique, non ?

   - Héhé. Si tu le dis. Tout dépend de ce que l'on entend par "rêve". En effet, il en existe plusieurs sortes. Le rêve que l'on fait lorsque l'on dort et celui que nous espérons atteindre tout au long de notre vie. Ces deux définitions totalement différentes ne nous facilitent pas la tâche, il faut l'avouer. Pour plus de compréhension, nous allons fusionner ces deux idées en une seule. Le rêve "nocturne" et le rêve "diurne" ne sont en fait que les deux faces d'une même pièce. Je m'explique. Un rêve nocturne est un mélange que produit notre cerveau en utilisant des données que nous connaissons, tels que les souvenirs, les désirs, etc. Un rêve diurne, lui, est une projection de ce que nous aimerions accomplir dans le futur. Quel est le point commun ?

   - Aucune idée.

   - Eh bien, c'est simple. Tous deux ne sont pas réels. Il ne s'agit uniquement que de l'inverse de la réalité, de quelque chose qui n'existe pas, ou du moins que dans notre imagination. Comme le bien s'oppose au mal et que les sentiments s'opposent aux émotions, le rêve s'oppose à la réalité. Il est donc quelque chose que nous pouvons certes définir et imaginer, mais que nous ne pouvons ni toucher, ni humer, ni voir, etc. Le rêve, pris dans son sens général, est tout ce qui est irréel, simplement.

   - Ah oui ! J’ai compris ! C’est comme bien et mal, l’un est l’opposé de l’autre !

   - Exactement. L'Amour est-il donc irréel ? Autrement dit, peut-on le toucher, le humer, le voir ? L'Amour étant un concept, nous ne pouvons pas lui donner une quelconque présence physique. Mais est-ce pour autant qu'il est irréel ? Dire de quelque chose qu'elle est réelle signifie qu'elle existe. L'Amour étant partagé entre de très nombreux couples, il est inutile d'affirmer qu'il n'existe pas. Il est donc bien réel et serait un subtil mélange entre le réel et l'irréel et de ce fait un mélange entre le rêve et la réalité. Troublant, n'est-ce pas ?

   - Assez, oui.

   - On peut dire que l'Amour est une passerelle entre le rêve et la réalité. Pourquoi ? Prenons un exemple. Un jeune homme désire ne plus être célibataire. Cela relève du domaine du rêve, puisqu'il est actuellement célibataire: son couple n'existe pas. Un peu plus tard, une jeune fille lui déclare sa flamme et il accepte de sortir avec elle. N'étant plus célibataire, son rêve devient réalité! Quelques mois plus tard, ils se séparent. Les souvenirs de son couple sont du domaine du rêve: ils n'existent plus que dans son imagination. Un aller-retour entre le rêve et la réalité a été effectué. L'Amour permet donc bien de passer de l'un à l'autre.

   - Bien, j’ai compris. C’est même étonnant !

   - Nous venons donc de prouver que l'Amour apportait le bonheur et qu'il était une passerelle entre le rêve et la réalité. J'aimerais désormais brièvement parler de ce que produit l'Amour au niveau physique. Il produit indubitablement un désir profond qu'il est seul à pouvoir provoquer. L'envie d'être avec l'autre, d'entrer en contact physique, de se parler, etc... Ces désirs sont, pour beaucoup, l'élément déclencheur d'une relation Amoureuse. Or, le physique, quoi que l'on puisse en dire, n'est pas la chose la plus importante.

   - Ça compte tout de même !

   - Oui, il compte, c'est une certitude, mais cela ne peut pas être la base d'une relation. Construit-on sa maison sur du sable ? En effet, le physique n'est pas éternel, à l'inverse de l'Amour avec un grand A! Cela n'est peut-être qu'une utopie, mais je suis convaincu que le véritable Amour peut résister à toutes les épreuves, à l'inverse du corps. Prenons un exemple. Un homme aime sa femme plus que toute autre chose. Elle est très jolie. Un jour, celle-ci est la victime d'un accident grave. Elle est défigurée et partiellement paralysée. Est-ce pour cela que son mari ne l'aimera plus ? Si ce mari mérite d'être appelé Homme, il restera à ses côtés quoi qu'il arrive, l'aimant du même Amour que celui qui l'a aidé à vivre jusqu'alors. Tu ne penses pas ?

   - Hmm…

   - Place-toi du côté de la femme dans le cas où son mari l'abandonne. Elle était le centre d'intérêt principal de son mari et c’était réciproque. Toute sa vie était forgée sur cet Amour qui l'animait. Puis, après l'accident, elle voit sa vie chamboulée non seulement par sa paralysie, mais surtout par la disparition de l'Amour que lui apportait son mari! Elle vivait par l'Amour et là, en un seul jour, elle s'aperçoit que tout ceci n'était qu'une illusion, qu'un rêve! Quelle tristesse, n'est-ce pas ? Je n'ose pas imaginer le nombre de fois que cette histoire s'est produite dans la réalité. Se marier est un engagement à vie. Rompre ce pacte à cause du physique est ridicule! Il ne faut pas fonder un monument sur de l'argile mais bien sur du roc, les sentiments sont résistants au temps, mais le physique n'est que temporaire et fragile! Oh, je ne dis pas que les sentiments sont indestructibles! Si l'un des conjoints s'est moqué de l'autre au sujet de ses sentiments, ceux de la personne sincère vont commencer à s'effriter, jusqu'à disparaître, ce qui lui permettra de recommencer une nouvelle vie en oubliant celui ou celle qui l'a détruite. Et puis, ne dit-on pas qu'il faut pouvoir détruire pour pouvoir reconstruire ?

   - Là, je suis tout à fait d’accord avec toi !

   - Résumons: au niveau physique, l'Amour produit un désir intense mais qui ne doit pas aveugler les sentiments réels. Nous avons donc partiellement défini ce que produit l'Amour. Jusqu'à maintenant, nous arrivons à ceci: l'Amour est un sentiment vivant qui produit le bonheur et le désir en permettant de passer du rêve à la réalité et vice-versa. Maintenant, déterminons le pourquoi avant le comment! Parce qu'il est nécessaire de savoir le but de l'Amour avant de savoir comment il compte l'atteindre. Posons la question autrement: "Pourquoi tombe-t-on Amoureux ?". Cette question pourrait paraître évidente mais elle ne l'est pas. Lorsque cela arrive, pense-t-on au pourquoi ?

   - Hmm… Je ne sais pas vraiment.

   - Personnellement, non. Pour y répondre, nous devons déterminer ce qu'est le but de l'Amour. Comment y parvenir ? Nous savons déjà qu'il permet d'atteindre le bonheur. Mais est-ce suffisant ? Est-ce ce que nous recherchons en nous engageant dans une relation Amoureuse ? Tout dépend de notre conception de ce que doit être ce type de relation. Pour moi, et cela n'engage que moi, une relation Amoureuse doit mener les deux êtres l'un vers l'autre afin qu'ils ne forment plus qu'un. C'est la relation "fusion". Mais cela n'est pas la seule ni forcément la meilleure. Plusieurs conceptions existent, mais je ne m'attarderai pas là-dessus. Chacun sa conception, c'est ce qui permet la diversité et l'unicité des couples.

   - Oui mais si tout le monde avait la même conception, ce serait plus simple…

   - Si tout le monde parlait la même langue, ce serait plus simple mais on perdrait une quantité colossale de culture et de savoirs, tu ne crois pas ?

   - Euh, si, mais je ne vois pas le rapport.

   - La diversité des conceptions crée leur beauté. S’il n’y avait qu’une seule et unique conception, cela serait tellement simple de se mettre en couple que ça perdrait toute sa saveur. Déjà qu’aujourd’hui, ça commence à ne plus avoir beaucoup d’importance, si en plus il n’y avait plus de diversité…

   - Hmm… T’as raison.

-Bon, revenons au sujet: quel est le but de l'Amour ? Déjà, l'Amour unit deux êtres, éternellement au meilleur des cas. Cette union que tout le monde espère éternelle amène-t-elle le bonheur ? Suffit-elle au bonheur ? "Vivre d'Amour et d'eau fraîche."... Cela est devenu impossible dans notre société où l'argent et le temps ont fusionnés dans une course sans fin. Qui a encore le temps d'emmener sa femme dans un grand restaurant pour y passer une soirée romantique sans penser une seconde à son travail ? Qui peut dire qu'il a le temps de vivre ? Certains diront qu'ils ont ce temps-là. Certains, peut-être. Mais pour la majorité écrasante, l'Amour est passé au second plan alors qu'il doit être le but et la motivation de nos vies! " Or maintenant trois choses demeurent : la foi, l’espérance, l’Amour ; mais c’est l’Amour qui est le plus grand.". Ceci a été écrit il y a deux millénaires. Est-ce encore d'actualité ? Est-ce encore possible ? Qui osera dire qu'il pense comme ce verset ? Certains. Certains... Cela n'est pas suffisant! L'Amour ne mène pas forcement au bonheur, non. L'Amour peut mener à la tristesse. L'Amour peut mener à la déchéance. Mais il est une chose qui est certaine au sujet de l'Amour, c'est que c'est la chose la plus importante de toute notre vie! Alors, je répondrai maintenant à la question: "Quel est le but de l'Amour ?". L'Amour désire exister. Voila ce qu'il désire. Voila son vrai but. Et c'est ce pourquoi nous vivons et devons vivre: pour laisser l'Amour exister. Dans une société aussi pourrie que la notre, l'Amour existe encore. Imagine ce que deviendrait notre monde si cette notion venait à disparaître...

   - Euh… Je préfère pas.

   - Nous arrivons à ceci: l'Amour est un sentiment vivant qui produit le bonheur et le désir en permettant de passer du rêve à la réalité et vice-versa et qui a pour but d'exister. Comment l'Amour peut-il exister ? Il faut que nous lui en donnions l'occasion. Mais tout d'abord, que signifie réellement "exister" ?

   - Encore une excellente question à laquelle j’attends une excellente réponse…

   - Haha… Eh bien, il faut distinguer ce terme, exister, de son jumeau: être. Ils sont souvent confondus, et non pas à tord, vu leurs sens très proches. Prenons un exemple pour illustrer leur différence. Une girafe et un artiste. L'animal existe autant que l'humain: on peut les toucher, on peut les voir, etc. Pourtant, peut-on dire de la girafe qu'elle "est" ? On peut ici considérer "être" comme une sorte de preuve de conscience. La girafe n'a pas conscience qu'elle existe, mais l'artiste en a pleinement conscience. C'est une des choses qui séparent le monde animal du monde humain. L'Amour se contente-t-il, selon toi, d'exister ? Je pense que l'Amour demande plus, bien plus. Selon moi, il est composé d'une conscience qui lui est propre. En effet, l'Amour a un but! Celui d'exister, d'être. S'il a un but, peut-on dire qu'il est conscient de ce qu'il fait ? La conscience étant le témoignage du libre arbitre, et l'Amour étant doté de ce dernier, il est évident qu'il en est conscient.

   - Hm…

   - Bref, j'en étais où, moi ? Ah oui. Comment l'Amour compte-t-il atteindre son but, à savoir celui d'être ? L'Amour étant vivant et possédant une conscience qui lui est propre, il atteint généralement son but en tentant de prendre un maximum de place dans la vie des deux êtres Amoureux l'un de l'autre. On pourrait le voir comme un parasite amical, ou dangereux selon les cas, qui a besoin de son hôte pour vivre et pour être. Il a besoin d'exister pour être, il a besoin de vivre. C'est donc pour cela qu'il fait tout ce qui est en son pouvoir pour acquérir un maximum d'importance dans notre vie, parfois en allant jusqu'à la détruire, parfois allant jusqu'à la sublimer. L'Amour est un feu. Soit il nous brûle, soit il nous réchauffe. Tout ce qui compte, c'est le contrôle que l'on a sur lui. Tout comme l'image du parasite, ce feu doit être maîtrisé. L'Amour, s'il est explosif au début, perdra de sa saveur rapidement, et s'il n'est pas assez puissant dès le départ, il s'éteindra sans même nous avoir réchauffé, s'étant contenté de nous éclairer quelques temps. Un équilibre est nécessaire, mais celui-ci est extrêmement difficile à trouver, surtout dans notre société actuelle. Je résume : L'Amour est un sentiment. Il est vivant. Il permet de franchir la barrière de la réalité afin de rencontrer le rêve et vice-versa. Il est source de bonheur et de désir. Il nécessite un équilibre précis. Il possède une volonté qui lui est propre et est capable de décider de l'avenir d'un couple.

   - Ok, je pense que c’est assez pour moi.

   - Comme tu veux.

   - En tout cas, un grand merci !

   - Bon, maintenant, tu me dis pourquoi tu voulais savoir ça ?

   - Ah oui. C'est juste pour un exposé.

   - Quoi ? Criais-je. Tu savais pas aller voir sur internet pour ça, non ?

   - Pour une fois que tu as pu te rendre utile, franchement...

   - Non mais! Attends, toi!

   - Kevin, cria une voix depuis la cuisine. Arrête d'embêter ton petit frère! Et venez à table, c'est prêt.

   - Oui! On arrive! S'empressa le petit garçon tout en me narguant.

   - Pfff... Soupirais-je en refermant la porte du salon derrière moi.

Report this text