Hildegarde de Bingen

natacha-p

La femme, diabolique tentatrice


Au moyen-âge : Aux hommes l'espace public, la guerre et le pouvoir et aux femmes l'espace privé, la maison ou le couvent.

Mais une femme partit en guerre, sainte érudite, et devint la poétesse de l'érotisme.

«  Dieu t'a infusé son verbe,

Et ton ventre a fleuri,

Car l'esprit de Dieu y a pénétré.

O toi, la plus belle et la plus suave,

Combien Dieu s'est plu avec toi,

Lorsqu'il a placé en toi l'étreinte de sa chaleur,

Et qu'ainsi tu as nourri son fils.

Ton ventre s'est réjoui,

Quand tu as fait retentir toute la symphonie des cieux.

Tes entrailles se sont réjouies,

Telle l'herbe qui reçoit la rosée

Qui lui infuse la verdeur (virilité) »

Report this text