Histoire kafkaïenne

Hervé Lénervé

Eh, super, c’est tout court, cette histoire !

-         Allo ! Oui ! Bonjour madame. Hervé Lénervé, je suis assuré chez vous…

-         Votre Numéro de contrat ?

-         Heu ! Oui attendez ! Ouf, il est encore lisible. Le 23-684 tiret C. J'ai un dégât des eaux, je…

-         Quel est votre référent ?

-         Pardon ?

-         Votre référent, chez nous ?

-         Je ne suis pas croyant, je ne veux pas de révérend.

-         La personne, qui s'occupe de votre dossier ?

-         C'est à vous de me le dire, moi je suis client. J'ai un dégât des eaux et…

-         Sur votre contrat le nom du référent doit être indiqué.

-         Attendez… monsieur ou madame Tiermonde ou Térimonde, c'est tout détrempé ou Bernardo comme dans Zorro, je n'arrive pas à lire, j'ai un dégât des…

-         Ecoutez-moi, monsieur, je vais vous adresser un formulaire en trois copies avec carbone que vous allez remplir et nous renvoyer.

-         Quoi ? Par la poste, vous plaisantez, vous ne pouvez pas me l'envoyer par courriel.

-         Bien-sûr, on pourrait, mais c'est mieux de suivre la procédure, croyez-moi !

-         Mais madame il y a urgence. Ce matin « j'avais de l'eau jusqu'aux genoux, elle est à la ceinture à présent et le capitaine a dit d'avancer. »  Je ne sais pas nager.

-         Je peux vous dépanner en vous faxant une méthode accélérée de natation.

-         C'est très gentil à vous, mais c'est un plombier qu'il me faudrait.

-         J'ai un stage de formation à la plomberie dans quinze jours, il reste des places, je vous inscris.

-          Quinze jours ? Mais vous plaisantez, j'aurais noyé toute la ville dans quinze jours.

-         Dans ce cas, cela concerne l'Hôtel de Ville, vous connaissez leur assureur ?

-         Mais non, voyons, je ne suis pas un élu.

-         Et leur numéro de contrat ?

-         Mais, je viens de vous dire que je n'étlo pleu harch !

-         Je ne vous comprends pas, monsieur, articulez s'il vous plait. !

-          A-u secor-de… je m'les noie.

-         Faites un effort, quand même, vous n'êtes pas audible.

-         Au sedouresh… A l'helpious !

-         Epelez !

-         Dringggg… clash… c% §floc@…

-         Voilà, il a raccroché. ! Ah, les gens ne sont vraiment pas polis. On se décarcasse pour eux et ils vous raccrochent au nez. J'arrive Germaine, pour le café ! J'étais retenue par un emmerdeur.

  • Bien décrits, avec humour, les rouages de certains organismes en tous genres ! Tout ce qui est administratif et puis le café, c'est sacré, voyons !!!

    · Il y a 3 mois ·
    Louve blanche

    Louve

    • Ha, ha, ha ! Heureux qu’il y ait encore des choses sacrées.
      Ô toi, café ! Qui est dans la tasse.
      Que ton arôme soit sanctifié,
      Que ton fumet parfume les terrasses.
      Et que la vie revienne par nos gosiers.
      Amen !

      · Il y a 3 mois ·
      Photo rv livre

      Hervé Lénervé

    • Le café est fourbe. Il l'est autant que le viagra. Il vous stimule le temps d'un soupir et s'évapore telle la brume dans le vent d'un petit matin blême :)

      · Il y a 3 mois ·
      Th2zgy4air

      Edgar Allan Popol

    • Eh ! Attendez les gars ! C’est une histoire kafkaïenne, pas caféïenne :)

      · Il y a 3 mois ·
      Photo rv livre

      Hervé Lénervé

    • Le café me stimule pour la journée, et pourtant je n'en bois qu'un bol. Mais bon, un coup de "gniole" et on en parle plus !!

      · Il y a 3 mois ·
      Louve blanche

      Louve

    • C'est l'idée que l'on s'en fait qui nous stimule. Sans café, perso, je me sens incapable de commencer une journée, mais je la commence pareillement sans lui. Et je ne peux écrire sans en avoir bu au moins deux :)

      · Il y a 3 mois ·
      Th2zgy4air

      Edgar Allan Popol

Signaler ce texte