Hommage à une tête de chou

Alice Farouche Rendu

Allez...on se détend!!!

Je pense tout particulièrement, à ceux qui liront ce texte du bord de leurs lèvres, grandes ou petites, affaiblies par tant de lectures croquinolesques et temps d'horizons de délires, etc, etc, etc. J'aime à croire que les fées réussites dans une plume de chou, et des tapettes à dix sous. Que les châteaux d'amère se sucrent de Lafesse et s'octroient sincères, de vestales tresses, sur les panta-t'es-on très courts de Mag-Loire, etc, etc, etc. J'écris pour ceux qui n'auront pas dormi, de retour du jeudi, le sabre un peu glamour, sur l'ordi qui ripaille, de croire au père Lachaise qui s'essuie le vitriole du purgatoire, etc, etc, etc. Bref, jai peu d'estime pour les réalités en Bern, mais les triviales idées dune virtuelle citée. A Clavier d'Ampère où se joue la raviolle du etc, etc, etc...


(Et en bon langage de bois sociologico "franffois" parfumé aux émotionssssssssssssssssssss, le refrain:)

Les limbes de nos trousseaux résumaient dans nos chemises, la dinde et ses pruneaux, le bourgeois et sa promise...

Les frondes de nos pourceaux con sum ait dans nos valises, la guinde et ses vassaux, la bête-is et la soue-mise...

Les joutes de nos plateaux Déi fiait trait de nos Elise, la blinde et ses Val vaut, Cochise et la Tamise...

Les trépas de nos draps peaux en sanglait, dans nos ogives, la scinde et ses agneaux, fâchisent et les lessivent...

NB: S' il arrive une catastrophe...optez pour les humoristes(même s'ils ne le savent pas), je n'y suis pour rien, ou bien, je ne suis qu'une voyante et je change de (s)taf...


J'avance mou déclinant, à ceux qui nieront la peste du nord de leurs vertèbres, scandent ou ressuscitent, estourbie par les vents d'avant, turent en arabe est-ce-que Davant, voue ses nichons schönes fakirs, etc, etc, etc. J'écrème l'espoir que les dés Scytes, sans enclume au cou, des zapettes à neuf coups, taraudent Mamère et Zémour en mode orgie-fée-maire, se lucrant de cabales messes, festoyant Saintclair sur la pente à l'ère d'accordéon: Allons des stalles Beaubourg au purge gâtoir, etc, etc, etc... Bref, j'ai le sublime pour les serveurs Mac fée en cernes, maies fluviales, dérives con- fluctue-elles hackées. D'équerre, Dark V, abyssial, dore et erre né, où se joue le solo déjanté du : etc, etc, etc...


(Et en bon langage de bois sociologico "franffois" parfumé aux émotionssssssssssssssssssss, le refrain:)

Les limbes de nos trousseaux résumaient dans nos chemises, la dinde et ses pruneaux, le bourgeois et sa promise...

Les frondes de nos pourceaux con sum hait dans nos valises, la guinde et ses vassaux, la bête-is et la soue-mise...

Les joutes de nos plateaux Déi fiait trait de nos Elise, la blinde et ses Val vaut, Cochise et la Tamise...

Les trépas de nos drapeau en sangle héro, dans nos ogives, la scinde et ses agneaux, fâchisent et la lessivent...


NB: S'il arrive une catastrophe...optez pour le MLF, je n'y suis pour rien, ou bien, je ne suis qu'une voyante et je change de (s)taf...


Je branche sous l'infiniment, à ceux qui pilleront le sort de leurs poteaux vinaigres, glandent ou clématites, à langues parient le rang grand Guignolesque est le pigeon de cire, etc, etc, etc. J'adore à voir que à les cités périclitent, Horus enfume le houx et les pépettes à quatorze loups. Que les trop tôt d'éphémère se lucrent la princesse et renvoient Prévert, à de vespérales  liesses, sur les Panthéons très lourds de l'espoir, etc, etc, etc. écris pour ceux qui auront subi un détour de Clochette, ici, le pâle havre d'amour, sur sa vie qui rime maille, de croire au fall eye qui séduit en corolle du boudoir, etc, etc, etc...


(Et en bon langage de bois sociologico "franffois" parfumé aux émotionssssssssssssssssssss, le refrain:)

Les limbes de nos trousseaux résumaient dans nos chemises, la dinde et ses pruneaux, le bourgeois et sa promise...

Les frondes de nos pourceaux con sum hait dans nos valises, la guinde et ses vassaux, la bête-is et la soue-mise...

Les joutes de nos plateaux Déi fiait trait de nos Elise, la blinde et ses Val vaut, Cochise et la Tamise...

Les trépas de nos drapeau en sangle-en- taie, carreau dans nos ogives, la scinde et ses agneaux,  fâchisent et les lessivent...

NB: S'il arrive une catastrophe, optez pour la nature je n'y suis pour rien, ou bien je ne suis qu'une voyante et je change de (s)taf...


Je flanche pour vous, à ceux qui fiers et Aaron à leurs vestes, au pôle de leur Al-zèbre aigri, d'autant de rubix cons, etc, etc, etc. Je prie tout particulièrement pour toi ce soir, qui lit les dermes au nord d'îles du Louvre et de sa station Par Dieu quai firent,et, etc,etc. Je traie net or not noire?Qui luzerne aube tient saphir, etc, etc, etc. Les termes d'espoir haut débites, sans nacht tuné en coûpte, des cours jettent à la lune, finaudes, grammaire et écumes, en mode plus que toujours, et orbi, faits denfer sur la veuve Scaron: Ayons les sky d'amour au regardoir,et, etc, etc.Bref, j'ai la doll-mine pour les railleurs, mac tree lanterns, ligne cruciale, salie de ruelle tchatée. D'Ohm mère, d'arcs V, en veine Ale, doù se loue le trémolo défracté en sa chemise du etc, etc, etc...

(Et en bon langage de bois sociologico "franffois" parfumé aux émotionssssssssssssssssssss, le refrain:)

Les limbes de nos trousseaux résumaient dans nos chemises, la dinde et ses pruneaux, le bourgeois et sa promise...

Les frondes de nos pourceaux con sum hait dans nos valises, la guinde et ses vassaux, la bête-is et la soue-mise...

Les joutes de nos plateaux Déi fiait trait de nos Elise, la blinde et ses Val vaut, Cochise et la Tamise...

Le trait pas de nos crapeaux en blanc chérissait la Ta-mise, l'Inde et les idéyoats, la miss-ère et les glaives-YO!!!!

S'il arrive une catastrophe et bien j'assume et je change le Staff ;0)



  • Bah, ça fait un moment, autant dire quatre ans que je les cherche les clés...au son , autant dire une éternité pour une fée engeolée... même engeolée n'existe pas...mais merci de taper des mains pour mon salut!!!

    · Ago over 3 years ·
    Default user

    Alice Farouche Rendu

Report this text