. Insomnie Parisienne .

Alice C.

" Pas peur de la fin de l'été, j'ai pas peur de mentir J'ai pas peur de l'obscurité, de pleurer sur une chanson " LEJ.
À l'heure où tous les chats sont gris
Où les enfants sont endormis,
J'enfile mon vieux manteau troué,
Et te cours après dans la nuit.
Là tu me laisses entendre tes cris,
Mais je te retrouve, mal caché,
En bas des escaliers trempés.
La ville sombre, entièrement éteinte,
Laisse place à de nouvelles étreintes.
La lumière des corps est contrainte
De s'adapter à nos complaintes.
Le silence permanent, presque angoissant,
Des passants aux abonnés absents,
Réveille nos sens subtilement,
Nous endort doucement mentalement. 
Report this text