Je Méprise La Lumière Du Jour.

Ange Lically

Je méprise la lumière du jour,

Par sa faute, tu t'en es allé,

Me Laissant le cœur inconfortablement lourd.


Je me souviens de combien la nuit était belle,

Elle couvrait son corps de milliers d'étoiles,

Puis elle te saoulait jusqu'à rendre chacune de tes idées rebelles,

Tu t'agrippais alors à mes lèvres, avant d'étrangler sauvagement mon souffle,

Ainsi, je mourrais sous les chants de la lune.



Hélas, le jour s'est levé et la lumière a sailli,

Te poussant à avouer toutes ces choses que tu ne m'avais jamais dites.


Je t'ai tant prié d'oublier tes erreurs et de tourner la page,

Car moi, je t'avais déjà pardonné depuis longtemps.


Il m'était impossible de te laisser partir,

Mais le soleil ne cessait d'exposer tes tromperies,

Et la honte t'a mené à la fuite,


Tu t'en es allé,

Me Laissant emprunter d'étranges vallées,

Des chemins qui me rappelaient la beauté de la nuit,

Ces temps où nous vivions dans la magnificence des mensonges.


D'ailleurs, j'aimerais bien y retourner,

Plutôt que de faire face à la réalité,

Et me rendre compte que nous finirons tous un jour par mourir,

Ce même jour qui prône la vérité et de ma vie t'a retiré.

Report this text