Joyeuses Pâques

fefe

Je mangeais nerveusement mon verre en plastique. je grignote les bords en les pinçant avec mes dents. Quand le contour est bien relevé je sers ensuite délicatement le corps cylindrique d'une pleine main; j'aime bien faire ça. Ça me détends. Je détruit tout.

Mes oreilles étaient submergées de disco incontournable. Ça piquait mes oreilles qui me grattait la tête qui irritait mon cerveau qui me rendait anxieux. Sur la table il y avait des petits accessoires comme une frise rouge en crépon pour décorer la nappe blanche. Des petits bouts de plastique d'un beau brillant sur lesquels étaient écrit "love" en lettres attachées. Et moi je m'enfilais lâchement des verres d'eau minérale de la même manière qu'on se délecte calmement d'un verre de bon vin.

L'aller retour aux toilettes tuait le temps et mon sourire s'affichait posément parmis les gens qui dansaient. J'avais pris soin de mettre la chaise dans le sens de la piste avant de me mettre a taper quelques mots gentils de cette soirée sur mon téléphone.

Tout était bien, il était prévu de faire la fête, et les gens dansaient; donc. Et ca manquait de rock. C'était pénible cette soirée sans rock. Le très - trop - rapide rock dégueulasse qui laisse des tâches aux poumons parce qu'il est difficile a tousser. A la place on avait du disco de blaireau-mental qui tapait des grosses caisses sur tous les temps et des notes de synthé-synthèse, dont la couleur du son réexpédiait direct chez la nourrisse au pull mauve, fixé d'une manière perplexe à sa purée knacki au premier plan, et à ma sorcière bien aimée naïve et prude, en noir et blanc, au second plan.

Les invités gigotaient donc à même le sol, carrelage blanc cassé de cette salle sans histoire, sinon pas différente de celles vécues par ceux qui choisissent d'obéir a quelqu'un qui a décidé un jour, un soir, de faire la fête.

Pour en venir là, il a fallut que quelqu'un voulant célébrer son jour de naissance ait appelé un par un les gens ici en leur demandant de se rassembler pour faire une espèce d'ode a lui-même, sur le prétexte de célébrer sa réussite d'être né un jour X du calendrier. Et les gens se sont alors rassemblé atour de cette personne et de son idée saugrenue. Son envie soudaine de faire la fête a soudainement donnée envie aux gens d'obéir.

Est-ce que ça marcherait de contacter ces mêmes personnes, fan de la dame en noir et blanc de la télé chez la nounou, de leur demander s'ils accepteraient de faire la fête comme ça pour d'autres mauvaises raisons ?

Pauvre fête périmée marqué par ce disc-jockey qui ne fait pas très bien semblant de s'amuser. Mauvais plafond ensanglanté de cent lumières artificielles comme chez Spoke.

Je ne crois pas en eux. C'est son anniversaire et tout le monde lui a souhaité. Alors j'ai dis "Joyeuses Pâques encore une fois" avec un sourire démodé comme le thème de la soirée. En lançant mon blouson en cuir sur mon épaule j'ai souris aux gens qui dansaient, fais trois pas à reculons-de-travers, avant de pivoter vers la sortie.

Report this text