Juanita vanille

Joelle Eymery

Juanita était arrivée de Grenade avec sa mantille

et son éventail

tous les soirs à 18 heures, elle s'asseyait

sur la banquette rouge

et commandait un thé à la vanille

ses yeux étaient magnifiques,

ourlés de velours noir,

et si profonds ...

le bas de son visage toujours enfoui

dans sa mantille,

on ne voyait qu'eux,

et souvent les regards y restaient

suspendus, admiratifs ;

un homme imposant vint s'assoir 

en face d'elle

il lui parla, sans gêne aucune,

des jours durant,

lui disant qu'elle était belle

et qu'elle lui plaisait,

mais que la beauté n'a que peu d'importance,

qu'il voulait l'emmener avec lui,

il la rendrait heureuse, il avait de l'argent ;

elle ne répondait pas,

seuls ses yeux exprimaient l'interrogation ... 

Un jour, excedée, elle fit tomber la mantille

et l'horrible cicatrice qui lui barrait

la lèvre supérieure apparut ...

Alors, l'homme se leva,

prit sa canne au pommeau d'or

et sortit.

Juanita continua de boire son thé

à la vanille,

et ne le revit jamais.

Ses yeux magnifiques

étaient vides.

Report this text