Julie Vaz'

aphrodxte

et encore une fois, voici la fin tragique de la douce Julie... qui sombre, dans l'abîme de maux

le grincement du plafond se mélange au bruit déjà ambiant.

Tous se ressemblent,

bercé par le frottement de leurs stylos contre le papier, ils tentent tous d'être le meilleur, comme si la première place était le but à atteindre. 

Julie, elle, refusait de se faire dicter des décisions qui ne regardaient qu'elle. 

Elle étouffe, ne supporte plus cet environnement. 

"Tout était mieux avant", ainsi sont ses paroles qui tournent en boucle dans sa tête. 

Les larmes comme seul compagnon, elle s'endort en ressentant une profonde tristesse, comme chaque nuit. 

Le soleil se lève, un beau jour de printemps s'annonce, et pourtant, Julie ne peut voir qu'un ciel maussade. 

Tout se heurte, se mélange, puis, se dissipe. 

Elle est prisonnière de sa vie, celle qu'elle n'a pas choisie.   

Son avenir devient flou, comme son regard. 

Dans son jardin, elle s'assied, porte ses écouteurs à ses oreilles et laisse la musique prendre le contrôle. 

On pourrait presque penser qu'elle sourit, un rictus fait son apparition. Elle semble heureuse. 

Dès la fin de ses écoutes, elle fond en larme, prenant ainsi conscience de la dure réalité. Tout ses rêves sont brisés. 

Julie s'avance jusqu'à son lit, avale ses dernières pilules, puis se couche. 

Contre son cœur est ainsi posé l'album photo de son ancienne vie, quand elle était heureuse et épanouie. A l'époque où tout semblait possible, où rien ne pouvait l'atteindre.  

Report this text