La femme flamme

boumlatete

Dévore moi des yeux,

Je suis une lionne avec un dangereux joyaux.


Entre mes cuisses tu perdras la tête,

Le genoux à terre je te ferais ta fête.


Embrasse moi, débarrasse toi de moi,

Car ça ne sera qu'à ta mort que je n'envahirais plus ton décor.


Je te possède jusqu'au plus profond de tes entrailles,

Tu es pris en tenaille.


Ta chair et ton sang m'appelle,

Ton âme me réclame,

Tes sens me haïssent,

Mais pourtant tu ne cesses de me faire jouir.


Assujettis tu es mien,

Tu pourrais tuer un ancien s'il m'effleurait du bout de sa main.


Je t'aime et te méprise,

Mais tu fais de moi ta femme de flamme et cela m'anime.

Report this text