La foire aux vieilles toiles – La nuit des morts-vivants

Le Bruit Et La Harpie

Bizarrement attirée par les films d’horreur, je sais désormais que je ne pouvais prétendre connaitre le genre avant. Car il y a un avant et un après « La nuit des morts-vivants ».

Images imparfaites, maquillage grossier certes, mais les effets spéciaux sont néanmoins remarquables pour l’époque, et l’on se rend compte que 28 jours plus tard a grassement pompé le pitch de fin du film.

Révolution : dans le rôle du protagoniste, Duane Jones, Afro-Américain, et en 1968, en pleine lutte pour leurs droits, cela a le mérite d’être noté.
Bref, « La nuit des morts vivants » n’a rien à envier à toute la pléthore de films d’horreur que l’on connait, et prend même à mes yeux, le statut de mentor du genre. Rien que ça.

Report this text