La nature

Juliette Vuaroqueaux

 Elle me manque tant, cette nature avec qui j'ai grandi... Elle m'a toujours accompagné, j'ai joué et évolué avec elle. Mais finalement je suis parti. Parti pour une autre nature, beaucoup plus grise que ces plaines verdoyantes dans lesquelles je courrais enfant. Maintenant je vois des grands blocs gris en béton uniforme et je me rends compte à quel point toutes ses nuances de verts sont magnifiques.

     Mais maintenant, quand je rentre dans ma campagne, elle a changé, elle change continuellement. Mais encore plus maintenant, depuis que l'Homme la change. Maintenant elle est polluée, détruite, changée. La Nature de mon enfance n'est plus et ceux depuis longtemps... maintenant les champs ne sont plus entourés de mûriers que l'on venait récolter à la fin de l'été... les forêts ont reculées et à l'aube on ne peut plus observer des chevreuils fraîchement réveillés. Sur les bords des sentiers on ne voit plus les si belles et odorantes violettes que je cueillais enfant pour offrir à ma tendre maman.

     En fait, c'est aussi ma faute... c'est de notre faute à tous si l'on ne peut plus admirer pleinement sa beauté...

     Mais, ne l'oublie jamais, la Nature reprends toujours ses droits...

  • Chez moi aussi, l y a déjà longtemps que les bois ont reculé laissant place à des immeubles. Heureusement, l'homme a été assez intelligent pour laisser de grands espaces verts et les violettes s'en donnent à cœur joie ! Je n'en ai jamais vu autant que cette année d'ailleurs. Mais la violette n'a pas de parfum...

    · Ago 5 months ·
    Louve blanche

    Louve

Report this text