La nouvelle vie de Julie Vazinsky

aphrodxte

Les rues sont vides, le teint des gens autour grisâtre. La ville s'est éteinte emportant avec elle le sourire des passants. Certains sourient, mais ne sont pas aussi heureux qu'avant. L'atmosphère est lourde, l'ambiance est électrique et les cris fusent avec beaucoup de facilité. C'est donc ça l'ambiance d'une grande ville lorsque le cours des choses reprend. C'est triste, tout comme ces gens. Julie a emménagé ici il y a peu, dans le but de se reconstruire, ou plutôt de se construire.

Elle a passé ses vacances ici et tout était différends, le bonheur pouvait se lire à des kilomètres sur le visage des gens, c'est ce qui l'a faite tomber amoureuse de sa nouvelle ville. Elle savait pertinemment que comme toute chose, le bonheur est éphémère. Mais elle n'a eu de cesse de se voiler la face et de continuer de croire que ce sera comme ça indéfiniment.

La naïveté l'a remporté. C'est beau et tragique à la foi, cette manie de voir le monde d'une seule couleur comme si c'était définitif.

Elle a passé ses trois premiers jours de rentrée à pleurer, à se demander si c'était réellement une bonne idée d'être partie si loin. Puis, plus le temps passait, plus elle aimait sa nouvelle vie, ce nouvel air et ce nouveau souffle qu'elle s'était octroyée. Elle le méritait et en avait terriblement besoin. Toute sa colère s'est évacuée, la vie prenait un tout nouveau tournant pour elle. Elle respirait enfin et vivait enfin comme elle n'avait pas fait depuis tant d'années.

Avant, sortir était un calvaire pour elle, elle était terrifiée, et ne se sentait en sécurité nulle part, ce qui l'empêchait de dévoiler qui elle est au monde. Mais maintenant, oh oui, maintenant, c'est une toute autre personne.

Julie a réussi à s'ouvrir, à ne plus avoir peur. Julie se fiche de tout ce qui l'entoure qui pourrait être néfaste à son bien-être. Elle se contente seulement de vivre sans se soucier des conséquences. Elle sort beaucoup, s'amuse énormément et elle adore cette vie. Pourquoi s'inquiéter du lendemain alors que nous sommes aujourd'hui. Elle proclame haut et fort le plaisir que c'est de vivre comme bon lui semble. Ne pas se mettre des barrières et créer sa propre définition du bonheur. Les responsabilités attendront un autre jour, le bonheur passe avant.

 

  • Il faut du temps pour que ce qui est nouveau soit intégré comme étant son élément quotidien. une familiarité qui fait se sentir bien là où l'on est. :o))

    · Ago about 2 months ·
    Photo rv livre

    Hervé Lénervé

Report this text