La pharmacienne

Claude Van Hoeymissen

Ah la première nuit, la première fois…

Ils avaient déjà flirté, embrassé, même quelques fois caressé; mais comme c’était leur première vrai fois, qu’ils se retrouvaient dans un lit, une nuit presque entière. Le résultat avait été plutôt bizarre, agréable comme peut l’être un moment d’émotions passé avec une personne qui nous attire sous tous les plans. Mais leur inexpérience et leur peur du geste, de l’élan de trop, avait pris le pas sur le reste, et au matin ils avaient tous deux le même ressenti, une légère frustration quand même.

Alors…Alors décidés à franchir le pas tous les deux, ils prirent la décision d’aller dans une pharmacie acheter des préservatifs…

Décider était une chose, le faire en était une autre. Ils avaient tous deux en tête les «histoires» sur les officines où l’on refusait de vendre ce genre d’articles, qui avaient à leurs yeux le gros défaut d’inciter les jeunes gens à la débauche…

Ils choisirent une échoppe isolée dans une rue calme, attendirent un long moment avant d’oser pénétrer…Puis un peu honteux d’avoir honte de leur désir mutuel et naturel, ils entrèrent…

Une voix sèche les cueillît dès qu’ils eurent franchi le pas de la porte : «Oui ! C’est pourquoi?». Nos deux amoureux transis, eurent la même pensée «Ça commence bien!», et presque le même réflexe; celui de tourner les talons aussitôt. Mais bon, à présent qu’ils étaient là, de toute manière, ils risquaient au plus un refus. Ils s’étaient assurés qu’il n’y avait pas d’autre client…

D’un pas mal assuré, ils s’approchèrent du comptoir, derrière lequel trônait une dame à l’air sévère ( une tête à manger des gâteaux secs aurait dit Fernand Raynaud), chignon petite lunette et blouse strictement fermée jusqu’au col.

«Bon, et bien c’est à dire…» le garçon s’était décidé à se montrer courageux, il aurait eu l’air de quoi de flancher à ce moment!. «…Nous voudrions, enfin je voudrais une boîte de préservatifs»

«Oui, quelle taille?»

« La taille? Mais…il en y a plusieurs?»Le garçon un peu perdu devant cette interrogation posa la question autant à la jeune fille qu’à la commerçante.

«Eh oui, jeunes gens : petit, standard, grand et même King Size»

Et devant le silence interloqué de ces deux clients inexpérimentés, elle ajouta un brin perverse : «Et pour la couleur vous préférez quoi?»

La fille et le garçon, visiblement dépassés par la situation, en restèrent muets.

«Ben alors jeune homme, votre sexe, il est comment?»

«Mais, c’est à dire, je n’ai jamais…enfin…il est normal,… je pense…je n’ai pas eu l’idée de mesurer!»

«Et vous, mademoiselle…vous en pensez quoi?» Visiblement la pharmacienne prenait un vilain plaisir à semer la confusion dans l’esprit des deux apprentis, amateur de sexe.

«Madame…vraiment…mais…je n’ai pas regardé…enfin…vous comprenez…je n’ai pas fait attention…enfin, je veux dire.…»

Enfonçant un <>, la femme la coupa : «Oui, vous savez, c’est une question sérieuse, il ne faut pas prendre n’importe quel produit et de n’importe quelle taille. Si c’est trop grand, cela ne sera pas efficace et si vous enfilez un produit trop petit; Monsieur risque de le déchirer et la protection, n’est-ce pas dans ce cas, serait nulle!»

La jeune fille ne sachant plus à quel saint se vouer proposa de revenir une autre fois…

Et là, d’un seul coup la situation changea…

«Je crois que vous avez besoin d’un sérieux coup de main» : en disant ces mots la pharmacienne se dirigea vers la porte de son magasin, qu’elle ferma à clef. Puis ayant accroché, une affichette indiquant «fermé pour cause d’urgence», elle revint vers nos deux jeunes gens. Enlevant sa blouse et détachant ses cheveux, la démarche sensuelle et le corps à contrejour, le soleil dardant ses rayons à travers sa chevelure…. En l’espace de quelques secondes, la commerçante revêche se transforma en rousse flamboyante. C’était comme si Rita Hayworth avait repris le rôle à Bette Davis.

Puis les prenant par les épaules, elle les guida vers un escalier, au fond du magasin. Et tout en attrapant plusieurs boîtes de préservatifs, elle leur murmura, d’une voix sensuelle et chaude : «Je vous emmène chez moi, et, ne vous inquiétez plus…Je vais vous guider… Nous allons tester tout ça!!!»

Report this text