La pudeur

Adelphine

Des mains qui caressent

Qui ne voient pas le mal

Qui s'autorisent

Les barrières des tissus

Que l'on porte

Sur la peau que l'on cache

Sur notre intimité nue

Des mains douloureuses, pilleuses

D'un espace gardé prude

Report this text