La Vénus de la carto

white-hunter

Dans le job, tout n'est pas à jeter ... Mais les risques professionnels existent.

C'est dingue comme Eros vient traîner au coin de nos vies, même quand on n'en veut pas. Jusqu'à tard. Peut-être qu'Hymenos prend la retraite un jour, mais j'en doute.

J'entrai dans son bureau avec un jeune collègue. Le sujet était un logiciel, pour un choix de mon entreprise. Nous avions rendez-vous. La jeune femme qui nous accueillait remplissait absolument tout l'espace, l'explosait même, le bureau me sembla minuscule. Ce logiciel utilisé ici, et dont cette personne assurait le développement, était le sujet, me répétais-je désespérément. Sa voix était peut-être un peu aiguë, mais c'était une musique, ou un ruisseau qui chante. Je n'arrivais pas à en capturer normalement le sens, mais les ruisseaux, hein, ce que ça dit ... La cartographie déclarative m'a nourri quelques années, suffisamment bien pour quelqu'un de frugal, mais ce n'est pas un sujet folichon. Un peu plus grave, sa voix, ç'aurait été trop fou. Cheveux longs, bouclés. Que disait-elle ? Bon dieu ! J'ai fait des efforts tout au long de cette matinée pour suivre un minimum les débats, et même participer un peu. En pure perte.

Mon collègue, jeune ingénieur, prit la discussion à son compte, avec son sérieux et une pointe d'humour parfois. Je me marrais de cette surprenante situation en moi-même, mais pas moyen d'échapper au charme de la belle. Heureux dans ma vie, j'étais, heureusement. Et je n'aurais pas à la croiser chaque matin non plus, me disais-je pour me rassurer … Un mouvement de sa main au cours de la discussion me fit tilter comme un vieux flipper trop secoué, carrément. Il m'était arrivé d'être ému par un genou, une épaule nue. Mais un poignet si fin, si rond, si parfait, ça n'existait pas avant cette fille, et ça n'existerait plus après.

Au repas, j'avais un peu récupéré. Assez pour voir que son supérieur hiérarchique qui nous rejoignit pour le déjeuner, était aussi un peu sous le charme. J'ai raconté sur la route du retour mon émoi à mon jeune collègue, qui s'est bien marré. Et a convenu, que oui, carrément, elle était très belle. Je me suis dit qu'heureusement, je n'avais pas eu à manipuler de document dans mon dossier, car bien sur, j'aurais été absolument maladroit et les feuillets auraient volé de partout …

Report this text