LA VITRE

Philippe Larue

Une vieille feuille de journal voltigeait ce dimanche de janvier, par la fenêtre. Le temps suspendu du repos parvenait à montrer le titre. Où étaient les autres pages? Suivaient-elles Gutenberg ou bien étaient-elles aspirées par le futur? Après tout, seul le vent en gardait le secret. 

Entre la chaleur procurée par les quelques buches dans la cheminée réveillées et l'humidité extérieure, une buée était venue embrasser la vitre. Elle se croyait à un spectacle du plus grand cabaret sauvage et jouait à faire apparaître des ombres apparentes. 

Une boule de graisse décorée de différentes variétés de graines se balançait dans un lilas impatient de refleurir et de vaporiser l'atmosphère. La grive musicienne donnait le tempo à un groupe d'oiseaux. Le chardonneret élégant ne prenait que les graines de tournesol, la mésange bleue préférait le millet et le mil pour préserver la beauté de ses plumes et le pinson des arbres, des miettes grillées de frites. Quand à la grive musicienne, elle aimait la glace pommes/poires et grains de poivre récupérés d'un flacon cassé. Ça lui cassait tout de même un peu la voix. Telle était l'activité quotidienne du dimanche dans le jardin à travers la vitre. Quelquefois, un étourneau sansonnet venait faire du kick-boxing avec une vitre: un K.O de dix minutes! 

Quatre moineaux se prenaient une cuite mémorable dans l'écuelle. Une cuite aux particules de dioxyde. L'amusement me provenait d'un picvert qui marchait sur les articles de la feuille de journal. On aurait dit qu'il cherchait à mettre les points sur les I avec son bec. 

Mon regard oscillait entre le picvert qui se sentait un apprenti imprimeur et les gouttes de buées qui coulaient sur la vitre provoquée par une trop grande condensation. Mais à bien y observer, la buée ne cessait de s'exclamer sur sa fin de vie: Ô toi l'euthanasie proche...S'interrogeait-elle sur son avenir? Seurat-elle gober par un lombric en partance pour les côtes anglaises? Verrait-elle à nouveau l'Eden des nuages, là-haut, afin de voyager jusqu'aux atolls tahitiens? Mais elle n'avait pas à se plaindre. L'oportunité de converser avec Corot et Micas dans une grotte de quelques jeux d'eaux étaient propice avant la sainte rencontre de la fontaine et ses fables...


Report this text