L'accident de parcours 3/4

Olivier Bay

Une petite histoire de voitures qui se débrouillent toutes seules.

L'huissier prit la parole :

— Affaire suivante : Maria Popovic contre les sociétés So-Robotic, To-Cars, Master-Cars et les personnes aux noms de Bradley Moore et Carrie Evans. La prévenue est présente avec son avocate commise d'office, Stéphanie Durant. La partie adverse est représentée par l'avocat de So-Robotic, Robert Page.

À la demande du Président du tribunal, Maria s'approcha de la barre. Elle avait son bras en écharpe, suite à l'accident. Elle souffrait malgré la prise d'anti-douleurs. Les personnes présentes dans la pièce pouvaient sentir le poids de la fatigue sur cette personne âgée. Elle leva la tête vers le Président Jones et déclina son identité avec fébrilité.

— Madame, annonça-t-il, vous êtes accusée de conduite dangereuse ayant conduit à des dommages sur deux véhicules de marque Master-Cars et To-Cars. Vous êtes également accusée de coups et blessures sur les personnes de Bradley Moore et Carrie Evans.

Le juge Jones regarda en direction de l'avocate de la prévenue, dans l'attente de l'annulation de la procédure.

Elle n'en fit rien.

Le Président soupira et parla d'une voix posée :

— Madame. Je dois avouer que je suis un peu ennuyé. Je traite habituellement les cas d'accidents qui impliquent la responsabilité d'un constructeur automobile ou d'un éditeur de logiciels d'intelligence artificielle. Jamais celle d'un humain. Pouvez-vous nous aider à y voir un peu plus clair ?

— Je… je ne sais plus, la journée avait été longue et épuisante, bredouilla Maria.

L'avocat de la partie adverse se leva avec vigueur :

— La preuve de culpabilité est évidente ! Pouvons-nous traiter cette affaire rapidement, votre honneur ?

— Maître Page, asseyez-vous ! Vous vous croyez où, fit sèchement le Président.

Ce dernier s'assit immédiatement sous le coup de l'autorité naturelle de son vis-à-vis.

Le juge se tourna vers la prévenue :

— Reprenez Madame !

— Je me souviens d'une voiture me coupant la route. Et après, j'ai un trou de mémoire.

— C'est vraiment tout ?

— Oui, votre honneur !

— Vous n'avez rien remarqué d'autre ?

— Non, désolé !

Le Président se tourna vers Robert Page.

— Votre honneur ! La boîte noire n'a révélé aucune anomalie sur les deux véhicules. L'erreur est forcément humaine.

L'avocat se rassit immédiatement.

— Maître Durant ? appela le juge.

La jeune avocate, commise d'office se leva :

— Je ne peux que confirmer les dires de mon collègue, Monsieur le juge.

— C'est à se demander qui est votre véritable client, souligna le Président Jones.

Stéphanie Durant n'osa pas répondre et se rassit.

Le juge Jones fit une pause et parcourut à nouveau le dossier d'instruction. Il pivota vers la prévenue.

— Vous êtes consciente que vous êtes responsable ?

Maria baissa la tête.

— Madame. Vous pouvez retourner à votre place.

La vieille dame revint à sa chaise et ne se rassit pas car le Président du tribunal allait émettre son jugement.

— Madame Maria Popovic, je vous condamne pour conduite dangereuse, dégâts matériels et coups et blessures. Les dommages et intérêts seront calculés en fonction de résultat des expertises.

Le marteau de la justice tomba.

— Affaire suivante !


Crédit Photo : Pexels / CC0 1.0

  • Ben mince j'ai zappé la suite :-(( je file à l'autre je veux découvrir la fin ! Tu sais toujours m'embarquer dans tes histoires ;)

    · Ago almost 7 years ·
    Ade wlw  7x7

    ade

Report this text