L'adoration des Bergers

dambrezy

Quittant troupeaux et pâturages,

laissant familles et villages

le cœur pétri par la nouvelle,

les lèvres dessinées par la joie,

les bergers guidés par le Ciel

ont pris la route en doux convoi


Qu'il est facile le désert

quand il est le prélude au vert

Aisés les ravins à gravir

Si la foi vient à s'affermir


Au loin, frémit une lueur

exilant de la nuit les peurs

présage heureux, fin des tourments

de ce périple aux quatre vents


Alors, bondissent les bergers

les jambes grêles, renaissantes

dans une course triomphante

vers l'attendue nativité


Et soudain devant eux l'Enfant !

baigné d'un halo irréel

bercé par les anges du ciel

le bœuf et l'âne l'échauffant

l'Enfant, l'Idole tant annoncée,

fragile, nu, mais couronné

offert aux peuples demandeurs

sous le Regard Supérieur


Ignorante de son destin

Marie, sa Mère ne le voit

pas encore comme le Roi

aux impénétrables desseins

Elle chérit le fils, l'héritier

pense à le nourrir, le vêtir

mais à ses pieds l'humanité

déjà s'empresse à le servir


Devenues brebis à leur tour

Les bergers venus adorer

le premier de tous les bergers

au petit soleil du grand jour

après l'intense acclamation

vers leurs herbages reviendront

le cœur aimé, plein de courage,

l'âme posée sur un nuage


Report this text