L'Autre Mort...

Pierre Scanzano

Quand quelqu'un d'irremplaçable s'en va, son monde le suit... et vous êtes seul à le comprendre...
le monde s'est tu
dans la gorge
 qui criait au loup
 rien ne sera comme
 j'avais prévu qu'il soit
 avant j'étais calfeutré
 dans la cohue du corps
 ensablé de désirs inopinés
 et couvrants de miel
 et si demain
 je foutais le camp ?
 le jour avancerait sa langue
 du jour à la langue morte
 de ma nuit passée
 je désire ce qui ne va
 qu'à l'envers de vous
 j'aimerais posséder une fois
 la poussière de l'endroit
 d'où je suis né
 disperser sa malle d'air
 ses pierres ponces que
 le ciel ondoie
 dans mes yeux
 fermés    
 même la présence
 d'océans vétustes
 aux pieds des arbres
 disparaissent aussi
 une bonne fois pour toutes
 je dis
 ce que je suis
 devenu 
 au près de vous
 le disparu apparent
 qui passe sa vie
 à refaire le monde
 qui n'existera pas...

 
 

Report this text