Le Bourreau & Le Suicidaire

eymeric

"Qui troque sa liberté pour sa sécurité ne mérite ni l'une ni l'autre"

     "Chérie" ? Non tu n'as pas de petit copain. C'est juste que tu appelles toujours tes copines "Chérie". Tu vas me dire, au vu de la place qu'elles prennent dans ta vie vous êtes quasi un couple. A la différence que vous ne vous embrassez pas, si ce n'est parfois en soirée ...  "Chérie" est toujours là pour toi et il faut toujours que tu sois là pour "Chérie". Vous faites tout ensemble : vous allez en cours ensemble, en soirée ensemble, aux toilettes ensemble... Il faut toujours que tu consultes tes copines avant d'agir parce que vous décidez de tout ensemble. "Chérie" c'est "ta vie" selon tes dires. Genre, on ne peut pas comprendre ce qui vous unie, nous sommes jaloux d'une telle amitié... Puis un jour, tu as rencontré un chéri et "Chérie" n'était pas contente. Enfin ... Elle t'a dit que si, elle t'a félicité, mais en vrai elle était jalouse. Jalouse parce que "Chérie" est seule et elle n'a pas encore trouvé Minelli à son pied. Je crois qu'elle n'a même pas encore mis les chaussettes, mais ça l'amusait de rentrer pieds nus de soirée avec toi. Sauf que là, d'un coup, elle voit un prince charmant te servir de chauffeur gentiment et te voler ce moment. Donc "Chérie" va te donner des "conseils", mais ça fait déjà trop de guillemets. Le prince ne sera pas roi et il passera à la guillotine sur la place publique après que sa néo-princesse l'ait décidé. Tout cela sous les ordres de "Chérie" le bourreau. 


Boum, la tête tombe, la tête roule et vient s'écraser aux pieds de "Frère"


    "Frère" ! Non, tu n'as pas de grand-frère. C'est juste que tes potes t'appellent toujours "Frère". Tu vas me dire, au vu de la place qu'ils prennent dans ta vie, vous êtes quasi frère. A la différence que vous n'avez pas la même mère. Quoi que ... Pour vous, insulter la mère de l'un ou de l'autre est strictement interdit. Pour n'importe qui, c'est pareil : sanction ! "Frère" est toujours là pour toi et il faut que tu sois toujours là pour "Frère". Vous faites toujours tout ensemble : vous séchez les cours ensemble, vous cherchez des soirées ensemble, vous pissez bourrés dehors ensemble ... Tu agis toujours seul et lui aussi, mais tu lâches toujours tes copines pour lui, car quelque soit la fille, pour toi : "vous êtes ensemble" ! "Frère", sur la vie de ta mère que ce n'est pas ton vrai frère mais c'est comme si. Genre tout le monde comprend et voit ce truc fraternel entre vous, on est jaloux qu'il n'y ait pas d'inimitiés entre vous. Puis aujourd'hui, "Frère" a vu rouler une tête à ses pieds. Il en a profité pour se retourner vers toi et te rappeler de ne pas la perdre, qu'il veillera à ce que tu aies une fille bien, qui elle, ne te fera pas ça. Tu n'as pas répondu, mais toi tu n'y crois déjà plus. Tu ne veux pas perdre la tête à cause de l'amour, tu veux la garder sur les épaules, avoir les pieds sur Terre. Puis, en plus, tu ne te vois pas "louper" des moments avec tes "Frères". Mais ça fait déjà trop de guillemets. Tu viens de larguer ta copine par SMS parce que pour toi "les potes avant les putes". Sauf que lorsque tu relèves la tête de ton cellulaire, tu vois que "Frère" s'est trouvé une "Chérie" sur la place publique. Il te fait signe d'attendre deux minutes, qu'il ne t'a pas oublié, qu'il arrive, mais patiente. Sauf que c'est déjà trop tard : tu as le seum qu'il ait fait le grand saut, car désormais ça fait de toi le grand sot. 


Vlam, tu tombes de haut, tu roules tout en bas et tu viens t'écraser sur ta tombe. 



Alors oui, au bout de la route on finit toujours seul. Mais c'est quand même plus agréable de faire la route à deux. En attendant, il convient aussi bien de se méfier du bourreau qui laisse à un royaume, une reine seule ;  que de celui qui monte seul sur l'échafaud pour "sauver" ses "Frères" qui ne lui ont rien demandé. 

Report this text