Le cul...te du Père PD

Jean Claude Blanc

hélas d'actualité, mais cette fois dénoncée cette manie de forniquer chez ces grenouilles de bénitier membres de la calotte

                     Le cul..te du Père pédé

Bigot, je l'ai été, jadis enfant de chœur

Mais en prenant de l'âge, supplie le Suprême Etre

Qu'il me montre le chemin, pour éviter l'horreur

Plus aller à confesse, vers un curé pédé

J'ai peur qu'il me tripote, me tâte les burettes

Confondant poils du cul, avec les vers du nez

 

Croyant le suis pour moi, mais pas de la boutique

De cette église pudique pas mal bordélique

Où les prêcheurs pervers déballent leur grosse bite

Pas question de pardon, même s'ils vivent en ermites

 

C'est sûr, y'a des foldingues, même chez les culs bénits

Qui faute de gonzesses, se taquinent le zizi

Qui ne demande qu'à servir, mais hélas au chômage

Se tapent des chérubins, dans leurs plumes fourragent

 

Les mêmes qui condamnent tous les péchés de chair

Les homos, l'IVG, relations adultères

Ne vont pas se gêner pour s'envoyer en l'air

Un gosse encore pubère, déjà, ça l'affaire

 

Se font rares ces corbeaux en nos campagnes désertes

Les seuls qui résistent, se cuitent, déplafonnent

Une fois la messe dite, retour au pres..bytère

Tous seuls pour forniquer, ça manque trop de bobonnes

 

Après tout sont que des hommes, de leur corps veulent jouir

Quelques hurluberlus, satyres, un peu gauches

Paluchent blondinets, naïfs, ça va sans dire

Ont la queue qui démange, alors s'en servent de crosse

Dans cette confrérie, solidaire de piété

Quand un du membre pèche le secret bien gardé

Se moquent de nos règles, n'obéissent qu'à leur dieu

Protégés de l'enfer, sur terre, bien heureux

 

Les langues se délient, balancent ces mâles saints

Mais n'osent pas s'en plaindre, leurs ex petites victimes

Qui passent pour possédées, du démon, ce malin

D'en taire les souillures, certaines même se suicident

 

Pas sur la même planète, religieux et laïcs

Car les uns s'en remettent à la justice divine

Quand les autres proclament, la juste République

Quémandant rien de moins, qu'un semblant d'humanisme

 

D'origine catho, acquis le savoir faire

J'honore et je respecte mes sœurs et mes frères

Acte de foi, d'espérance, pour donneurs de leçons

A qui par amertume, leur tire virtuels gnons

Devant tous ces éclats, j'ai mal à ma foi

Etalés aux grands jours, à renfort de médias

Un mauvais coup porté, à nous autres gens de bien

Qu'on soit juifs, musulmans, bouddhistes, chrétiens, païens

 

Comme toujours en ce cas, on montre du doigt le chef

L'évêque, le cardinal, le Pape, les gardes suisses

Tout le monde se débine, le démentent qu'ils pèchent

Les comptes vont se régler, qu'en doux pieux sacrifices

 

Vont pas le mettre en croix, comme l'illustre Jésus Christ

L'obsédé de quéquette, sera mis en quarantaine

Dans un sombre monastère où rancisent souris grises

Pour y vider ses bourses, quelle frustrante peine

 

Mon propre spiritualisme, risque bien d'en pâtir

De dégoût et de honte, avant de m'endormir

Les apôtres, l'Evangile, la Grâce, la volupté

En cette semaine Pascale, le cierge est allumé

 

Je me garderais bien mettre dans le même panier

Les pères la morale, les pionniers missionnés

Les premiers font le mal, même sans le faire exprès…

Les autres évangélisent, les pauvres oubliés

 

« Dieu reconnaitra les siens », le dire, ça fait du bien

Pour ceux qui croient en lui, protégés du destin

Malades du ciboulot, innocents les mains pleines

Vont être pardonnés, leurs gènes, mauvaise graine

 

Salut Vierge Marie, je m'en remets à vous

Qui êtes si chaleureuse, de nos mômes, la nounou

Vous prie, intercédez auprès de votre époux

Qu'ils les pendent par les couilles, ces curetons mabouls

 

Rayez de cette Terre Promise, ces abjects moinillons

Qu'ont rien dans la conscience, tout dans le pantalon

Y va de la confiance, des peuples à la dérive

Qu'ils traversent Rubicon pour atteindre l'autre rive

 

Les Tables de la loi, comme celles des droits de l'Homme

Se rejoignent sur l'essentiel, faut respecter les normes

Quiconque s'y refuse, devra être puni

Union presque parfaite, entre la loi et l'esprit

 

Qui croire, qu'espérer, en ce monde salopé

Le mysticisme se meurt, on appelle le Seigneur

Qu'en guise de bienfaiteur, nous offre des pédés

Soi-disant son image, gays éjaculateurs ?

Eros encore sévit, en plus abominable

Chez les curetons qui bandent, pour un gosse fornicable  JC Blanc mars2021 (coup de gueule)

Report this text