Le froid et l'amour à Vilnius

Bogdan Obraz

Une journée glaciale à Vilnius. Il vient la revoir...

J'ai voulu la revoir enfin et cela était réciproque. Et puis je voulais également voir la ville de Vilnius.

Paris était endormi dans ce rêve hivernal entre l'automne et le printemps, il faisait + 10°. Tandis qu'à Vilnius – 18°… Ayant ressentis les rafales de vent glacial dès la sortie de l'aéroport – aussitôt j'ai eu une pensée à la retraite de l'armée Napoléonienne. Vilnius est une ville européenne avec le passé profond soviétique. C'est comme une frontière entre les deux Europes : de l'Ouest et de l'Est. Les izbas vétustes et décrépies, les HLM socialistes délabrés, font un contraste avec les bureaux flambants neufs et la vielle ville. Décidément, la partie de la vielle ville est une forteresse qui a résistée à l'invasion soviétique : politique, architecturale et culturelle. Et c'est là qu'elle m'attendait. La vielle ville est un écrin d'édifices de différents styles d'architecture, d'églises de toutes les confessions, parmi lesquelles est la Sainte Anne dont Napoléon voulait la transporter à Paris dans la paume de la main. Les venelles sinueuses cachent les trésors insolites: les musées, les galeries,  les petits cafés avec l'esprit de la bohème. Le Montmartre de Vilnius est le quartier Uzupis avec les maisons de Bobos avec les cours-jardins cachées et les petites bicoques des artistes et leurs bars-bistrots authentiques. Ici règne le charme entre la décadence et la renaissance.

Après le dîner copieux dans une brasserie traditionnelle nous avions franchis le mur qui sépare la forteresse de la vielle ville avec les cités dortoirs socialistes. L'appartement n'était pas encore bien chauffé et le seul moyen de rester dans le chaut était de rester ensemble, serré l'un contre l'autre.            

Report this text