Le monopole du choix

Pascal Ladhalle

Au seuil du Paradis
J'ai expliqué à Saint-Pierre
Que je ne partirai pas d'ici
Sans une dernière prière

Après des années sur terre
J'ai passé ma vie auprès
Des femmes et de leur mystère
Et d'ailleurs à ce sujet

Je veux connaître le secret
Pour devenir l'élu
De leur cœur à jamais
Ce à quoi il m'a répondu

Tout ce que je peux
Te dire
Tout ce que tu dois
Retenir
C'est que

Elles ont le monopole du choix
Elles te font venir à elles
Ou te font attendre des mois
Et à tes yeux être la prunelle

Dans leur royaume
Etre un semblant de Roi
Au creux de leur paume
Elles ont le monopole du choix

J'étais bien avancé
Aucun homme n'y est-il arrivé ?
Aimer une femme est-il
Si compliqué, si difficile

Une vie à leur coté
Et je n'sais toujours pas pourquoi
Les femmes ont gardé
Le monopole du choix

Je voulais absolument savoir
Et sans que je renonce
Le gardien du purgatoire
M'a donné une réponse


Tout ce que je peux
Te dire
Tout ce que tu dois
Retenir
C'est que

Elles te font venir à elles
Elles ont le monopole du choix
A tes yeux elles deviennent prunelle
C'est elle qui choisissent, pas toi

Car si les femmes toutefois
Sans rancœur ni rancune
N'avaient pas le monopole du choix
Ca se saurait, Dieu en aurait une

Au seuil du Paradis
J'avais demandé à Saint-Pierre
Que je ne partirai pas d'ici
Sans une dernière prière

Pourtant la question reste entière
Je le conçois
Les femmes sont un mystère
Elles ont le monopole du choix


Texte de Pascal Ladhalle.
Protégé et déclaré comme propriété de l'auteur.

Report this text